Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Le Centre Phi braque les projecteurs sur Taïwan Craig Quintero et Kuan-Yuan Lai. Photo: Frédéric Bouchard

    Le Centre Phi braque les projecteurs sur Taïwan

    9 juin 2023, 05h59
         |      Article rédigé par Frédéric Bouchard     

    Récemment, Taïwan est devenu un joueur déterminant dans l’écosystème des oeuvres XR. Avec trois films sélectionnés en compétition dans la section Venice Immersive à la Mostra de Venise, il allait de soi que le Centre PHI accorde une vitrine à ce territoire d’une créativité bouillonnante avec l’exposition « Chaos et mémoires », présentée du 22 mars au 11 juin. En marge de la présentation de trois oeuvres – et d’une quatrième qui s’y ajoute –, PHI accueillait trois des quatre cinéastes taïwanais derrière les projets, soit Singing Chen, Craig Quintero et Kuan-Yuan Lai, de même que Min-Wei Kuo, cheffe de projet, partenariat international, département du contenu et de la technologie culturelle pour la Taiwan Creative Content Agency (TAICCA), dans une discussion intitulée « Taïwan à l’avant-garde des arts numériques », animée par Myriam Achard, responsable des partenariats nouveaux médias et des relations publiques chez PHI.

    Créé en 2019 par le Ministère de la Culture, TAICCA a pour mission de soutenir le développement et la création du contenu créatif, que ce soit le cinéma, la télévision, la musique, l’animation, le jeu vidéo ou encore les arts visuels, tant à travers la production que la distribution. Quelque temps après la fondation, raconte Min-Wei Kuo, la pandémie est survenue, menant à l’arrivée en 2021 d’un nouveau département au sein de l’organisme qui favorise les collaborations entre la culture et la technologie. Les technologies, rappelle-t-elle, se sont depuis mises à jouer un rôle plus important dans le quotidien des gens.

    « Plusieurs personnes de l’industrie ont effectué une transition vers le monde virtuel, note-t-elle. Les gens étaient aussi plus isolés les uns des autres, ce qui est d’une certaine façon la réalité des professionnels des secteurs culturels et technologiques. Les deux représentaient une parfaite association et l’occasion de créer quelque chose de très fort. »

    En l’espace de quelques mois, donc, plusieurs propositions ont émergé de cette volonté de promouvoir la créativité des artistes taïwanais. Il faut comprendre que d’autres organismes ont investi l’univers de la XR avant TAICCA, par exemple le Kaohsiung Film Archive et le Kaohsiung Film Festival, pour qui Min-Wei Kuo a travaillé. Le premier a mis en place un projet de financement et de vitrine (showcase) en 2017 pour les oeuvres XR. Depuis, les créateurs, provenant de diverses disciplines, ont emprunté la voie de la réalité augmentée.


    Kuan-Yuan Lai et Singing Chen. Photo : Frédéric Bouchard

    Co-réalisateur de « Missing Picture Episode 2 : Tsai Ming-Liang, The Seven-Story Building », Kuan-Yuan Lai incarne cet esprit partagé par les trois autres créateurs des projets présentés au Centre PHI, à savoir que leur pratique artistique n’est pas définie par la réalité augmentée ou virtuelle, mais plutôt que celles-ci s’inscrivent à l’intérieur de leur démarche selon les besoins du projet.

    « Chaque média a son expression. Ce n’est donc pas chaque oeuvre qui se prête au format de la réalité virtuelle, affirme le réalisateur. Il faut savoir trouver quel médium sied le mieux à la proposition. Par exemple, j’ai conçu un documentaire interactif (« Speak to Awaken : Ep. 1 Diving into Siraya »). J’ai finalement réalisé que mes protagonistes devaient s’exprimer eux-mêmes, que nous entendions leur parole. Alors je me suis tourné vers la VR dans ce cas-ci. »

    Craig Quintero, réalisateur de l’oeuvre « All That Remains », pour sa part, s’est établi à Taïwan en 1992. Directeur artistique de la Riverbed Theatre Company, il a conçu sa première oeuvre en XR grâce à l’expertise du Funique VR Studio, tout comme les trois autres réalisateurs dont le travail figure dans l’exposition « Chaos et mémoires ». « L’équipe pense à la réalité virtuelle en tant qu’art, souligne le créateur. Nous n’aurions pas pu y arriver sans son apport. C’est important de trouver une compagnie dont la technologie demeure dans les plus hauts standards et qui accompagne les créateurs dans le processus. » Cette entreprise peut alors agir comme un leader ou un mentor sur le projet.


    Min-Wei Kuo et Myriam Achard. Photo : Frédéric Bouchard

    TAICCA mise beaucoup sur la coproduction internationale. La nature de l’industrie des technologies immersives est plutôt restreinte et les ressources demeurent relativement limitées dans chaque pays, indique Min-Wei Kuo. En 2023, le monde est devenu un énorme village à échelle globale et l’objectif reste de rejoindre le plus large public possible et d’accroitre la communauté XR. Un fonds pour la coproduction et le cofinancement a été mis en place par l’organisme. Celui-ci organise également le Taiwan Creative Content Fest, qui se tient cette année du 7 au 12 novembre 2023.

    « Il s’agit d’une sorte de mélange entre un festival pour le public et un événement pour les gens de l’industrie, décrit la cheffe de projet. Jusqu’à présent, il n’y a pas encore d’événement majeur en Asie pour réunir tous les professionnels. Nous essayons de bâtir cette plateforme pour créer des rencontres avec l’industrie de Taïwan ou en Asie en général. »

    Car, rappelle Singing Chen, qui signe la bouleversante oeuvre « The Man Who Couldn’t Leave », la distribution demeure un défi considérable pour les oeuvres en réalité augmentée ou virtuelle. Il faut trouver le bon lieu et, lorsque c’est chose faite, cela n’assure pas que l’expertise existe sur place quand vient le moment d’accueillir ces oeuvres. « Il y a une exposition de mon film à Taïwan dans un musée et c’est mon équipe qui la conçoit. Les employés n’ont pas l’expérience pour tout déployer. Mon équipe de production et moi leur enseignons donc par la bande la manière de façonner ce genre d’exposition », mentionne la cinéaste.

    À noter que Fish Wang, réalisateur de « Red Tail », a également participé à la conversation en visioconférence.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00
    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00