Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Pascal Plante




    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Pascal Plante, de Slamdance à la Berlinale

    Pascal Plante, de Slamdance à la Berlinale

    Pour son premier long métrage de fiction, Pascal Plante s’est intéressé aux amours secrets, mais, avec « Les faux tatouages », le jeune réalisateur de 29 ans a voulu s’éloigner des clichés habituels des films romantiques américains où l’amour se trouve idéalisé. Dans la vie, les choses restent plus indisciplinées. En direct de Slamdance, il explique à Qui fait Quoi avoir voulu faire un film davantage collé aux relations contemporaines.

    31 janvier 2018, 06h37

    Pascal Plante contourne les règles de la comédie romantique avec « Les faux tatouages »

    Pascal Plante contourne les règles de la comédie romantique avec « Les faux tatouages »

    Déjouer les règles de la comédie romantique, est-ce possible ? C’est le pari que fait Pascal Plante avec « Les faux tatouages », un long métrage qui raconte la rencontre sentimentale entre Théo et Mag à la sortie d’un concert punk rock. À travers ce genre très codé, le jeune réalisateur désirait privilégier une approche plus intuitive tout en abordant le thème des premiers amours à l’ère où les plus jeunes générations parviennent plus difficilement à exprimer leurs sentiments. « Je pense que l’on peut passer à côté de quelque chose de vrai juste en ne les définissant pas bien. Ça m’intéressait de faire un film où les personnages ne se disent pas qu’ils s’aiment », explique-t-il lors d’une entrevue accordée à Qui fait Quoi.

    25 octobre 2017, 06h52

    Début de la postproduction du premier long métrage financé de Pascal Plante

    Début de la postproduction du premier long métrage financé de Pascal Plante

    En septembre, le réalisateur Pascal Plante tournait son premier long métrage. Financé grâce au Programme de production à micro-budget de Téléfilm Canada et au CALQ, « Les faux tatouages » est une romance à saveur punk rock. « C’est un film d’amour avec des gens sensibles qui paraissent "tough" en surface, raconte-t-il en entrevue. Ils ne se disent jamais "Je t’aime". Je voulais faire une romance qui soit vraie sans tomber dans le film mielleux. » Lorsque Qui fait Quoi s’est entretenue avec le cinéaste, ce dernier venait tout juste de terminer 15 journées de tournage majoritairement dans la région de Montréal.

    25 octobre 2016, 04h22

    FNC : Pascal Plante porte sa caméra sur les concours de beauté

    FNC : Pascal Plante porte sa caméra sur les concours de beauté

    En janvier dernier, Pascal Plante s’envolait pour la Floride afin de tourner un court métrage qui discute des concours de beauté pour enfants et jeunes filles. « Blonde aux yeux bleus », produit par Nenemis Films, est le premier projet cinéma pour lequel Pascal Plante a obtenu du financement. Le jeune cinéaste a toutefois désiré ne pas changer sa dynamique habituelle et conserver l’équipe réduite qui l’accompagne habituellement. Discussion avec un créateur qui décrit « Blonde aux yeux bleus » comme un film à mi-chemin entre l’univers de Disney et celui de John Cassavetes. « C’est un drôle d’hybride, mais c’est que nous avons essayé d’obtenir », dit-il en entrevue.

    13 octobre 2015, 00h54