Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Plein(s) Écran(s)




    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Avec « Goodbye Golovin », Mathieu Grimard voit de la beauté dans la banalité du quotidien

    Avec « Goodbye Golovin », Mathieu Grimard voit de la beauté dans la banalité du quotidien

    Depuis une dizaine d’années, Mathieu Grimard consacre son temps à la réalisation de vidéoclips, surtout dans le rap, et de publicité. Au fil du temps, il a construit son démo et a rencontré des producteurs en clip et en publicité, essayant de glisser des idées de fictions plus personnelles et de projets expérimentaux. Il a senti le besoin de faire un projet qui serait 100 % à lui. Après un premier court métrage d’art expérimental, « Fleurs : Between Us Two » en 2018, son deuxième court, « Goodbye Golovin » se veut plus traditionnel. Le réalisateur avait envie d’aller voir ailleurs, de s’inspirer d’autres cultures, confie-t-il à Qui fait Quoi.

    28 janvier 2021, 07h20

    Plein(s) écran(s) remet les prix de sa 5e édition

    Plein(s) écran(s) remet les prix de sa 5e édition

    C’est lors de la remise de prix en ligne que les lauréats de ce 5e festival Plein(s) Écran(s) ont été dévoilés. La cérémonie a eu lieu en direct sur la page Facebook de Plein(s) Écran(s). Une remise de prix bonifiée cette année avec de nouveaux prix. Un pour le meilleur documentaire offert par Tënk.ca et un prix pour la section Impression(s), avec 8 films sur Instagram, remis par Vidéographe au film« Ka tatishtipatakanit (Éthéré) » réalisé par Isabelle Kanapé.

    25 janvier 2021, 09h18

    Dans « Dětí », Romane Garant Chartrand filme la jeunesse praguoise

    Dans « Dětí », Romane Garant Chartrand filme la jeunesse praguoise

    Finissante en cinéma à l’UQAM, Romane Garant Chartrand détient également un certificat en scénarisation de la même institution. Cela fait près de sept ans qu’elle approfondit ses connaissances du 7e art, participant à de nombreux projets étudiants et indépendants. En 2019, elle a participé à l’École d’été de l’UQAM à Prague, deux mois intensifs sur le terrain, où les 36 étudiants suivent un cours théorique sur le cinéma et la culture tchèque et un cours pratique lors duquel ils doivent faire un court métrage. Ainsi est né « Dětí », court métrage documentaire qui a été présenté en première à Fantasia, dans la section documentaire.

    22 janvier 2021, 06h54

    « Saint-Tite » plonge dans l’univers des rodéos

    « Saint-Tite » plonge dans l’univers des rodéos

    C’est lorsqu’elle travaillait sur la série « Rodéo Québec », une production KOTV pour Canal D, que la réalisatrice Florence Pelletier a commencé à s’intéresser à l’univers particulier des rodéos et des cowboys au Québec. L’idée d’en faire un film a émergé et elle a décidé de s’entourer de gens en qui elle avait confiance pour développer son court métrage « Saint-Tite », dont son amie la comédienne Élizabeth Marcoux-Bélair qui a embarqué dans le projet à titre de coréalisatrice. Qui fait Quoi a discuté avec elles. Le processus de création de « Saint-Tite », court métrage de fiction avec des touches de documentaire, a été particulièrement long, racontent-elles.

    22 janvier 2021, 06h25

    En temps de pandémie, Rémi Fréchette se garde occupé

    En temps de pandémie, Rémi Fréchette se garde occupé

    Rémi Fréchette demeure très actif dans le milieu audiovisuel. Développant ses films souvent en marge, il poursuit ses collaborations avec Kino Kabaret tout en préparant parallèlement ses propres projets. Après avoir tourné l’été dernier un long métrage choral en mode COVID-19 et venant d’obtenir une bourse de démarrage de l’ARRQ pour un projet de long métrage musical, le réalisateur, qui a aussi vu son court métrage « There’s a Gorilla in the Closet » s’inscrire à la programmation du 5e festival Plein(s) écran(s), a échangé avec Qui fait Quoi.

    21 janvier 2021, 06h09

    Avec « Madame Mollard », Gabriel Vilandré épouse une ambiance plus légère

    Avec « Madame Mollard », Gabriel Vilandré épouse une ambiance plus légère

    Gabriel Vilandré avoue scénariser sous l’impulsion. Plutôt que de chercher à aborder spécifiquement des thèmes ou des enjeux, il se laisse inspirer, puis guider, par le récit et les personnages qu’il met en scène. Dans le cas de « Madame Mollard », il a imaginé une histoire, celle d’Amélie et de son copain découvrant un vieux piano sur le gazon d’une propriété en banlieue. De là s’est dessiné un court métrage évoquant le deuil et la mémoire présenté dans la compétition québécoise du 5e Festival Plein(s) écran(s).

    18 janvier 2021, 10h06

    Le court « Un film de pompiers » est retiré de la programmation de Plein(s) écran(s)

    Le court « Un film de pompiers » est retiré de la programmation de Plein(s) écran(s)

    Le réalisateur Louis Lachance nous apprend que son premier court métrage documentaire « Un film de pompiers » ne fait plus partie de la programmation de la 5e édition du festival Plein(s) écran(s). L’un des intervenants de son film, un pompier de la Caserne 43 de Brossard, n’était plus d’accord pour y apparaître.

    15 janvier 2021, 07h10

    Préserver la communauté cinéphilique, principal défi des festivals en ligne

    Préserver la communauté cinéphilique, principal défi des festivals en ligne

    En raison de la pandémie et de la distanciation physique, l’édition du festival numérique est devenue la règle. Adaptation rapide, développement de nouveaux outils, innovation dans la manière de rejoindre les publics, ces événements ont dû transposer leurs codes sur de nouvelles plateformes numériques. Alors que les festivals remplissent généralement plusieurs rôles et fonctions, quels sont les défis et les limites que le format en ligne leur pose.

    22 novembre 2020, 07h15

    En ces temps de virage numérique, la culture a-t-elle toujours une valeur ?

    En ces temps de virage numérique, la culture a-t-elle toujours une valeur ?

    Le Festival international du film sur l’art (FIFA) a été le premier à improviser une nouvelle forme numérique en mars dernier, mais depuis le début de la crise sanitaire, tous les festivals ou presque ont été offerts en ligne. La rentrée culturelle automnale, où plusieurs ont tenu à respecter et à étendre leur calendrier, fait en sorte que ces événements incontournables pour les cinéphiles s’entrecoupent. Au même moment, de nombreux films sont offerts. Le temps de disponibilité des oeuvres n’a jamais été aussi mince et pertinent. Mais est-ce que cette surabondance pourrait nuire aux festivals et aux films ?

    20 novembre 2020, 09h30

    La démocratisation de l’art cinématographique, un des rôles des festivals de films en ligne

    La démocratisation de l’art cinématographique, un des rôles des festivals de films en ligne

    À l’heure où les festivals se sont dématérialisés dans l’espace physique pour faire place à des éditions numériques, quels sont les outils mis à disposition pour récréer le sentiment d’engagement des cinéphiles dans un contexte où le confinement a réduit les échanges collectifs sur les oeuvres cinématographiques ? Et à l’inverse, est-ce que ce passage n’a pas permis une forme de démocratisation de la culture ? Ian Gailer, ex-directeur général du Festival de cinéma de la ville de Québec, Catherine Légaré-Pelletier, directrice générale du festival Plein(s) Écran(s) et Mathieu Li-Goyette, chargé de cours à l’Université de Montréal et rédacteur en chef de la revue Panorama-cinéma, ont été conviés à s’exprimer sur ces enjeux par la Chaire Fernard-Dumont sur la culture.

    18 novembre 2020, 07h20

    [FNC Forum] Prendre l’occasion de la crise pour réinventer les lieux de diffusion des films

    [FNC Forum] Prendre l’occasion de la crise pour réinventer les lieux de diffusion des films

    Les derniers six mois ont été difficiles pour tout le monde, personne n’a été épargné par la crise causée par la COVID-19. À la mi-mars, Alexandre Domingue, fondateur de Post-Moderne, était en route vers REGARD, au Saguenay. Le festival ayant été annulé, il a dû reprendre la route vers Montréal. Lors d’une discussion organisée dans le cadre du FNC Forum, il a discuté des derniers mois avec Paul Landriau, directeur de la programmation de Plein(s) Écran(s). L’échange a eu lieu en septembre, avant la refermeture des cinémas.

    27 octobre 2020, 07h14


    Dans « Ressacs », Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois marchent dans les pas du photographe Frédéric Séguin

    Dans « Ressacs », Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois marchent dans les pas du photographe Frédéric Séguin

    Partenaires en affaires et cousins dans la vie, Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois ont suivi le photographe Frédéric Séguin lors d’un retour dans des camps de réfugiés syriens en Grèce, en Allemagne et au Liban. Ce dernier avait réalisé, entre 2015 et 2017, une série de photos de réfugiés pour l’exposition « Sourires en Exil », captant, malgré tout, de la joie et de l’espoir dans le regard d’enfants, d’hommes et de femmes. Le résultat de leur tournage, le court métrage « Ressacs », présenté dans divers festivals, dont Plein(s) Écran(s), fait revivre ces visages.

    24 janvier 2020, 07h25

    La réalisatrice Ariane Louis-Seize aime créer des bulles oniriques

    La réalisatrice Ariane Louis-Seize aime créer des bulles oniriques

    Diplômée du programme cinéma, profil scénariste, de L’inis, Ariane Louis-Seize remporte le Grand Prix Cours écrire ton court pour « Camille, les yeux grand ouverts ». Mais l’idée de s’essayer à la réalisation la pique et, depuis 2015, la jeune femme tourne plusieurs courts métrages : « Entre elles », « La peau sauvage » (nommé au Gala Québec Cinéma et aux Canadian Screen Awards), « Les profondeurs » et, en 2019, « Les petites vagues », présenté dans le cadre de l’édition 2020 de Plein(s) Écran(s). Nous avons discuté avec la réalisatrice au sujet de ce court métrage.

    23 janvier 2020, 07h00