CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Projet de loi n° 44 : la FQPPU demande au gouvernement de l’abandonner ou de modifier sa proposition Recherche scientique. Photo: National Cancer Institute sur Unsplashed

    Projet de loi n° 44 : la FQPPU demande au gouvernement de l’abandonner ou de modifier sa proposition

    5 avril 2024, 00h30
         |     

    Il ne se passe pas un jour sans que des professeur·e·s, des étudiant·e·s, des professionnel·le·s de recherche et des personnes issues du grand public ne s’expriment contre le projet de loi n° 44 (PL44) : face à ces appréhensions largement partagées, la Fédération des professeures et professeurs d’université (FQPPU) demande au gouvernement de reculer ou de transformer significativement cette réforme qui menace l’avenir de la recherche libre et indépendante au Québec.

    Une mobilisation sans précédent a en effet exposé le consensus du milieu universitaire contre les transformations législatives annoncées. À ce jour, quelque 2 000 professeur·e·s et membres du personnel en enseignement supérieur·e·s ont signé la lettre « Opposition majeure du milieu universitaire québécois au projet de loi n° 44 : un projet de de loi déposé en catimini et dans la précipitation ». Une vingtaine de directions de regroupements stratégiques de recherche, financés par le Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC), ont également signé une lettre intitulée « La recherche scientifique au Québec et le projet de loi n° 44 : non à une dérive inquiétante ».

    « Partout où nous allons, les échos se font clairs et retentissants au sein de la communauté universitaire : le PL44 est un projet de loi précipité, qui pose de nombreux problèmes et met en jeu l’avenir de pans entiers de la recherche au Québec, plus particulièrement celle qui ne promet pas de retombées économiques ou d’innovation à court terme », déclare Madeleine Pastinelli, présidente de la FQPPU. Rappelons que le PL44, la Loi modifiant principalement la Loi sur le ministère de l’Économie et de l’Innovation en matière de recherche, vise notamment à consacrer le transfert des responsabilités de la recherche au ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie et à abolir les trois Fonds de recherche distincts (Santé, Nature et technologie, Société et culture). Annoncé en février dernier, le PL44 n’a fait l’objet d’aucune consultation des différents milieux de la recherche, qui sont pourtant ceux qui vivront les répercussions négatives de ces importantes transformations législatives.

    « En commission parlementaire, le scientifique en chef a tenu à rassurer le milieu universitaire en réaffirmant son indépendance face au ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, relève Madeleine Pastinelli. Il a également réitéré que la voix de celles et ceux qui font la recherche au Québec était prioritaire pour lui. Or, les chercheur·euse·s se sont exprimé·e·s en masse et avec force : elles et ils ne veulent pas de cette loi. Nous demandons donc au gouvernement d’écouter et de prendre au sérieux les inquiétudes des autres scientifiques québécois. »

    Outre ces lettres qui témoignent d’une opposition sans équivoque, partout au Québec, de nombreux syndicats de professeur·e·s se mobilisent pour demander l’abandon du PL44 (notamment les syndicats des professeur·e·s de l’Université de Montréal, de l’Université de Sherbrooke, de l’Université Laval, de la TÉLUQ, de l’UQAC, de l’UQAM et de l’UQO). Mentionnons également que l’ancien ministre de l’Éducation supérieure, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne, voit dans le PL44 une menace pour la recherche fondamentale. Pour sa part, l’Union étudiante du Québec craint que les sciences humaines et sociales ne fassent les frais de cette réforme (une inquiétude d’ailleurs partagée par l’ancien président de l’Association francophone pour le savoir, Pierre Noreau). Le gouvernement doit donc prendre acte et reculer : les chercheur·euse·s, de même que les Québécois·e·s qui comptent sur une recherche libre et indépendante, méritent mieux que ce projet de loi.

    Depuis 1991, la FQPPU est l’instance de concertation et de représentation du corps professoral universitaire québécois.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00
    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00