CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • SUIVEZ-NOUS

    RSS

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    La MiiL envisage les médias de demain Sébastien Nahon. Photo: Frédéric Bouchard

    La MiiL envisage les médias de demain

    3 novembre 2023, 06h30
         |      Article rédigé par Frédéric Bouchard     

    Sociologue de formation, Sébastien Nahon a commencé son parcours professionnel dans la recherche. Après avoir été directeur des communications et du marketing à la Croix Rouge de Belgique et créé une start-up spécialisée dans les programmes de fidélité, un accident de la vie l’amène à intégrer le monde de l’innovation de la santé. En parallèle, il offre des cours universitaires jusqu’en 2018 où l’Université catholique de Louvain le contacte, lui proposant de devenir directeur du Media Innovation & Intelligibility Lab (MiiL). Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré à l’occasion de MTL connecte alors qu’il faisait partie de la cohorte recherche & innovation et culture de la Wallonie numérique.

    « Nous sommes un laboratoire interdisciplinaire sur la recherche appliquée et notre métier est d’inventer les médias de demain avec l’intelligence artificielle et le journalisme. Comment pouvons-nous automatiser les processus de production d’articles et de contenu audiovisuels ? Et l’autre angle est celui des expériences immersives, c’est-à-dire les réalités augmentée, virtuelle et mixte », décrit Sébastien Nahon.

    Au MiiL sont ainsi réunis des spécialistes de la ludification, de la psychologie, de l’expérience utilisateur, du journalisme, des communications, du droit, de l’économie et de l’ingénierie. Tous et toutes travaillent sur les besoins concrets de différents médias, organisations ou entreprises. Six spécialistes à temps plein collaborent avec un large panel d’experts en innovation. Outre le directeur lui-même, il y a Louise-Amélie Cougnon, directrice de la recherche, Dirk Vanden Elschen, directeur technique, opérations TV, Jimmy de Benedetti, développeur, Ludwig Marion, documentariste et Salvatore Bordonaro, concepteur graphique.

    « Le produit correspond à des besoins utilisateurs, à un marché et à une valeur économique. Du coup, la transition de la recherche fondamentale vers la production est plus facile. Ça, c’est dans l’idéal, concède le directeur du MiiL à propos de l’approche multidisciplinaire de la plateforme. Après, il y a tout un problème de traduction entre des métiers différents. La production innovation est peut-être meilleure en output, mais beaucoup plus longue dans son processus. Le risque est que la solution qui correspond à un besoin voit le marché changer. C’est notre gros défi, d’accélérer cette démarche interdisciplinaire. »

    Parmi les projets qui occupent la plateforme à l’heure actuelle, une application capable d’effectuer du sondage en temps réel grâce à l’intelligence artificielle a été développée. Elle pourrait, notamment, être particulièrement utile dans un contexte où une personne du monde politique partage publiquement une affirmation à propos de la population. Un journaliste pourrait intervenir et proposer de mener le sondage en temps réel afin de confirmer ou non les propos émis.

    « Nous créons également des méta humains journalistes et nous essayons de voir comment le public reçoit ce journalisme virtuel. Comment peut-il se déployer ou pas ? soulève le directeur du MiiL. Pour nous, ça se pose en complément. Nous pouvons, par exemple, avoir les 750 000 articles publiés sur le site de la RTBF [Radio-télévision belge de la Communauté française], l’intelligence artificielle les malaxe et un humain va jouer le rôle de médiateur. »

    D’autres tests sont présentement effectués à partir de ces méta humains, indique Sébastien Nahon. Ceux-ci sont intégrés dans des vitrines 3D. Ainsi, il est possible d’observer et d’examiner la réaction des citoyens, des auditeurs et des téléspectateurs par rapport à ces entités dans une optique d’image de marque. « Nous sommes dans quelque chose de “ludifié”, “gamifié” et “marketifié”. Mais nous ne voulons surtout pas changer le journalisme. Il y a des questions d’éthique et de démocratie importantes qui font en sorte que ce n’est pas du tout notre objectif », souligne-t-il.

    Pour la suite des choses, le laboratoire du Media Innovation & Intelligibility se concentre sur les interfaces multimodales. Aujourd’hui, à l’heure des téléphones intelligents de plus en plus faciles d’utilisation, il faut s’interroger sur les manières d’inventer cette simplicité dans un contexte d’expériences immersives. Certes, Apple a mis sur le marché son casque de réalité virtuelle, le Apple Vision Pro, mais toute la question de l’ergonomie est à imaginer.

    Puis, des liens doivent être harmonisés entre les expériences immersives, l’intelligence artificielle et les chaînes de blocs (blockchains). Aujourd’hui, dans les métiers à haut risque, il est plus utile de favoriser les formations en immersion. Or, elles doivent être personnalisées et correspondre à la réalité basée sur des données réelles.

    « Il faut aussi les certifier et ces certifications doivent avoir les mêmes valeurs que les diplômes classiques. Comment alors assurer un même niveau de certifications entre deux parcours personnalisés ? Des éléments doivent être introduits dans la blockchain et suivre l’individu », note enfin Sébastien Nahon.



    La participation de Sébastien Nahon du MiiL à MTL connecte s’inscrit dans le cadre de l’initiative « La Wallonie numérique ».

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Louise Sicuro offre son expertise aux PRIX NUMIX

    Louise Sicuro offre son expertise aux PRIX NUMIX

    Suite
    24 avril 2024, 06h30
    Le CNC lance un Observatoire de l’IA

    Le CNC lance un Observatoire de l’IA

    Suite
    24 avril 2024, 00h30