Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    MTL connecte propose une programmation riche sous le thème du numérique souhaitable Mehdi Benboubakeur. Photo: Courtoisie

    MTL connecte propose une programmation riche sous le thème du numérique souhaitable

    21 août 2022, 07h30
         |      Article rédigé par Sophie Bernard     

    Après une édition 2020 entièrement en ligne et une édition 2021 en mode hybride, MTL connecte revient cet automne en présence. Malgré tout, la pandémie aura permis d’ouvrir l’événement à l’international. Les organisateurs ont donc fait le choix de rendre les contenus disponibles en ligne pour ceux et celles qui ne peuvent se déplacer à Montréal. La thématique centrale, qui guidera tous les contenus et les événements du 17 au 21 octobre, sera ÉCO(systèmes) d’espoir, explique Mehdi Benboubakeur, directeur général du Printemps numérique et organisateur de MTL connecte.

    Le numérique souhaitable sera à l’honneur. « Nous allons beaucoup parler de transition écologique, d’éthique et d’équité, mais aussi d’inclusion dans le sens vraiment large, de genre, mais aussi territoriale, confie-t-il. Nous recevrons plusieurs délégations qui participent pour la première fois comme la représentation venant du Bénin, ou la délégation de Rennes, de la Martinique. » Le Sénégal sera à l’honneur de MTL connecte, d’abord parce que cette année marque les 60 ans des relations de coopération entre le Pays d’Afrique de l’Ouest et le Canada, mais aussi parce que le pays préside, en 2022, l’Union africaine et qu’il s’est doté de la prometteuse stratégie « SÉNÉGAL NUMÉRIQUE 2025 ». Ce ne sont pas moins de cinq ministres sénégalais et une importante délégation d’entreprises – 80 si les visas le permettent – qui seront présents à Montréal.

    Printemps numérique veut aussi nourrir les échanges avec l’Afrique, et particulièrement l’Afrique francophone. Cette région développe déjà de nombreux partenariats dont peut bénéficier le Québec, estime Mehdi Benboubakeur. « On croit qu’un rapprochement du Québec et de l’Afrique dans une collaboration peut être gagnant-gagnant, dit-il. Le Québec offre beaucoup de potentiel pour l’Afrique, d’abord à cause de la langue et aussi du point de vue technologique ; il se fait plein de choses. Comme nous n’avons pas de passé colonialiste avec le continent, le Québec et le Canada ont une belle perception là-bas. Il y a une place à prendre. L’Afrique se révèle un réservoir de talents, mais il faut faire attention de ne pas l’assécher. La mobilité, c’est bien, mais il faut que le Continent puisse retenir et profiter du potentiel de ses talents. »

    Parmi les autres délégations étrangères, on compte la Belgique, que ce soit de Bruxelles-Capitale, de la Wallonie et de la région flamande. La ville de Nantes, partenaire de longue date de MTL connecte, sera aussi présente. D’ailleurs, de jeunes Nantais et de jeunes Québécois ont participé à un exercice croisé de réflexion sur le numérique souhaitable. Un manifeste sera lancé d’abord à la Nantes Digital Week, puis à MTL connecte. En outre, l’événement accueillera des délégations de la ville de Rennes, du Togo, de la Tunisie, du Maroc, du Brésil et de Porto-Novo, au Bénin. « Nous avons travaillé dans une vision d’inclusion, afin de discuter de plusieurs territoires et réalités, ajoute le directeur général. Et c’est sans compter les délégations québécoises : Shawinigan, Gatineau, Laval, la Montérégie alors que des entreprises viendront de ces territoires, mais aussi de la francophonie canadienne.

    « De plus en plus de personnes prennent conscience de l’impact des technologies sur l’environnement, explique Mehdi Benboubakeur. Je fais un parallèle avec le pétrole. Celui-ci est porteur de richesse, tout comme le numérique, mais, dans le cas du pétrole, on voit les gaz à effet de serre, mais pas ceux du numérique. » On parle d’utilisation d’Internet, mais aussi de la fabrication des outils qui demandent des métaux rares et nécessitent des produits chimiques, comme l’arsenic, pour être extraits. Ces produits chimiques se retrouvent ensuite dans les océans et les différents cours d’eau. « On parle de la sixième extinction, ajoute-t-il. Évidemment, le numérique n’est pas l’unique contributeur à cette pollution, mais, avec cette édition de MTL connecte, nous voulons faire notre part. Pour cette raison, nous parlons d’espoir, nous voulons trouver des solutions et ouvrir la porte à des possibilités. Cela nous a guidés vers les intervenants que nous avons invités. Est-ce que nous avons besoin de toutes les technologies ? Faudrait-il en favoriser certaines ? » Voilà des questions qui seront abordées et Medhi Benboubaker mentionne aussi le sujet de l’optimisation de l’eau. Il croit qu’il est possible d’établir des maillages entre les délégations africaines et des entreprises québécoises pour faire en sorte que les gens travaillent ensemble.

    Lors de la première édition de MTL connecte, les participants étaient invités dans divers lieux de la ville de Montréal. Cette année, tout ce qui touche au volet Pro se déroulera dans l’espace des 7 doigts, au 2111, boulevard Saint-Laurent à Montréal. C’est là que se dérouleront les grandes conférences, les panels et le réseautage les 18, 19 et 20 octobre. Chacune des trois journées suivra une double thématique : Intelligence artificielle et Culture et créativité le 18, Cybersécurité et identité numérique et Innovations disruptives le 19, et enfin Éducation et travail de demain et Résilience et futur de la ville le 20. Les six grandes conférences seront proposées par Hugues Bersini (Belgique), Cheryl Bryce (Canada), Bronwyn Boyle (Royaume-Uni), Sénamé Koffi Agbodjinou (Togo), Dr. Shohini Ghose (Canada) et Isabelle Collet (Suisse). Le vendredi 21, les participants des délégations étrangères seront invités à une visite technoculturelle d’entreprises montréalaises.

    « Deux choses sont particulières cette année, ajoute Mehdi Benboubakeur. D’abord, le contenu est articulé de façon à amener un questionnement par le biais des grandes conférences. Et par la suite, les panels et les classes de maîtres viennent apporter une vision globale pour discuter des solutions. Aussi, l’événement demeure un lieu de développement d’affaires. On sent que les gens ont besoin de se parler après deux ans de pandémie. » Seconde nouveauté à cette édition : la reconnaissance des secteurs d’excellence. Pour chaque thématique, un organisme est invité, par exemple XN Québec pour le thème culture et créativité, Cybereco pour celui de la cybersécurité, Québec Quantique au sujet des innovations disruptives ou encore Edteq relativement à l’éducation.

    « Cela va être un moment important. Nous concoctons un contenu de très haut niveau ainsi que des rencontres de très haut niveau avec des entrepreneurs, des chercheurs et des facilitateurs. La pollinisation croisée se trouve au coeur de MTL connecte », conclut Mehdi Benboubakeur.

    Pour plus d’information : https://mtlconnecte.ca/.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Vanessa Sicotte rejoint la galerie Keï Akai

    Vanessa Sicotte rejoint la galerie Keï Akai

    Suite
    15 juin 2024, 08h18
    La SARTEC fête ses 75 ans : un mot de Chantal Cadieux

    La SARTEC fête ses 75 ans : un mot de Chantal Cadieux

    Suite
    14 juin 2024, 01h00