Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Edteq veut faire rayonner l’expertise des entreprises technologiques québécoises en matière d’éducation

    20 juin 2021, 08h30
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Association regroupant des entreprises et organismes spécialisés en technologies éducatives, Edteq a été initiée en 2017 à l’initiative d’une vingtaine d’entrepreneurs et regroupe aujourd’hui une centaine de membres. L’organisation s’est inspirée du mot valise edtech, qui, à l’instar de la fintech, vient fédérer les entreprises qui ont décidé de rendre la technologie et l’innovation utiles à l’éducation. Le Lien MULTIMÉDIA a discuté avec Julie Pigeon, directrice générale de l’association, des grandes tendances dans le domaine et du rôle d’Edteq comme porte-voix auprès des décideurs pour obtenir des outils de développement d’affaires.

    Edteq veut faire rayonner l’expertise des entreprises technologiques québécoises en matière d’éducation Julie Pigeon.Photo: Yannick Lapierre

    « Notre objectif est d’optimiser la croissance et le développement des technologies numériques en éducation, d’aller rejoindre la communauté éducative, précise Julie Pigeon. Il ne s’agit pas seulement d’un organisme corporatif, nous voulons améliorer les pratiques pédagogiques avec les outils numériques. »

    Comme ce fut le cas pour d’autres secteurs la dernière année, le milieu de l’éducation a dû s’adapter rapidement au numérique. Certaines personnes partaient de loin et, on le sait, les professeurs portent de multiples chapeaux et sont à bout de souffle. Or, la crise sanitaire a déclenché une grande effervescence pour le secteur de l’edtech. « Les pratiques numériques élaborées au cours des 15 derniers mois, un peu comme pour le télétravail, vont demeurer en place, croit la directrice générale d’Edteq. Cela nous a permis de changer les choses et de voir comment le numérique permettait une économie et apportait une facilité, comme l’ont prouvé les réunions en visioconférence. » Selon elle, les gens seront moins enclins à se déplacer dans une autre ville pour des assemblées générales, par exemple.

    Cette effervescence envers les technologies numériques se fait ressentir un peu partout dans le monde. D’ailleurs, Edteq, en collaboration avec le Bureau du Québec à Rabat, au Maroc, a organisé une mission virtuelle commerciale avec les acteurs de l’éducation au Maghreb. Pendant cette mission mise sur pied par Julie Chamberland, ancienne directrice générale de l’association, un webinaire a été organisé avec les membres pour qu’ils puissent présenter aux entreprises et organismes marocains leurs solutions, voire de signer des contrats. Il faut dire qu’Edteq regarde vers l’international, se trouvant en contact avec le ministère des Relations internationales afin de voir comment présenter sa vitrine à l’étranger.

    L’association a réalisé cet hiver une vaste étude sectorielle sur le milieu de l’edtech au Québec et ailleurs dans le monde. Les États-Unis ont une longueur d’avance en la matière. Cependant, Montréal se positionne de façon intéressante quant à l’intelligence artificielle et à la réalité augmentée, note Julie Pigeon. « Montréal compte de nombreuses entreprises qui fournissent des technologies basées sur la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle, il faut voir comment nous pouvons nous positionner avec ces entreprises pour propulser le rayonnement de l’edtech et faire connaître notre secteur », dit-elle.

    Il ne faut cependant pas croire que l’edtech est réservée uniquement à la communauté éducative : les parents et les élèves peuvent aussi utiliser les applications pour l’école à la maison. Comme beaucoup de parents, Julie Pigeon l’a elle-même vécu pendant le confinement alors qu’elle a dû se servir et se familiariser avec les outils technologiques.

    Au Québec comme au Maroc, la pandémie a démontré les pour et les contre des outils technologiques en éducation. Par exemple, pour les garçons à risque de décrochage scolaire, travailler à l’écran a permis d’apprendre de façon plus ludique. Par contre, l’edtech peut créer des fossés numériques entre les mieux nantis, qui ont leur propre ordinateur ou tablette à la maison, alors que d’autres enfants doivent utiliser le téléphone d’un parent. Les écoles privées au Maroc se trouvaient mieux équipées que celles du système public.

    Edteq organise également des activités exclusives à ses membres et d’autres ouvertes à la communauté. Ainsi, le 18 mai dernier, les membres ont pu écouter Jean Chouinard, conseiller pédagogique au service national de RÉCIT en adaptation scolaire, qui est venu leur parler de contenu pédagogique multimodal. Quelques semaines auparavant, ils avaient eu droit à « Lunch’n’learn » sur les crédits d’impôt en R&D, donné par un représentant de la firme spécialisée en Inovex Conseils. La communauté peut aussi assister à des rencontres « Midi innovant », ouvertes à tous. Ainsi, le 17 mars dernier, Maryse Lassonde et Nadine Forget-Dubois, du Conseil supérieur de l’éducation, sont venues présenter le rapport « Éduquer au numérique ».

    L’étude réalisée par Edteq et qui sera publiée prochainement a permis de voir ce qui se passe, ce qui se développe dans le monde de l’edtech ici et dans le monde du côté commercial et économique, mais aussi des nouvelles tendances dans le secteur, que ce soit dans le domaine du jeu vidéo, de la réalité virtuelle ou de la réalité augmentée, des tendances qui se retrouvent dans toute la société et dont le secteur de l’éducation veut faire usage.


    Cet article sera intégré disponible à la prochaine mise à jour de « L’école en ligne », un guide pratique mettant en valeur l’écosystème techno-pédagogique du Québec. La série de textes que nous proposons dans ce guide se compose d’articles originaux sur le thème de la formation à distance, à la fois sous la forme de portraits d’entrepreneurs, de portraits de pédagogues, d’étudiant.e.s et de parents, de présentations d’outils, de présentations de méthodologies et de bilans sur les enjeux de la formation à distance. Il est possible de commander, de contribuer ou de soutenir cette publication en > cliquant ici <. https://bit.ly/2Cl9AuE - ou en contactant Vincent Georges : vincent lienmultimedia.com ou Steeve Laprise : slaprise lienmultimedia.com

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité