Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    [PODCAST] « WHIP », la performance volontairement aveugle de Ralph Escamillan

    18 novembre 2021, 06h49
         |      Article rédigé par Arnaud Perron-Bouchard.

    Plusieurs éléments peuvent servir de point de départ à la création d’une pièce ou d’une performance. Pour « whip », ce sont les costumes et leurs matériaux qui ont guidé le directeur artistique Ralph Escamillan dans la conception de son spectacle de danse. Nous avons assisté à la première du spectacle au MAI et avons parlé à son créateur pour découvrir son intention derrière « whip ». Attention : divulgâcheurs.

    [PODCAST] « WHIP », la performance volontairement aveugle de Ralph Escamillan Ralph Escamillan dans «WHIP».Photo: Marchel B. Eang

    Pour célébrer les 10 ans de sa compagnie FIVELEFT, le fabricant de cuir Lincoln Heller voulait créer une performance pour mettre en valeur un nouveau type de cuir qu’il introduit dans son entreprise, le cuir de bison. Le designer habitant à Vancouver a donc fait appel à son ami Ralph Escamillan afin qu’il collabore avec lui sur ce nouveau projet. « Après quelques conversations. Nous avons créé les costumes. J’étais très intéressé à non seulement concevoir des cagoules comme des vêtements, mais aussi comme une extension du mouvement et du corps. J’ai toujours eu une fascination avec les cheveux. Nous avons créé ce tube en cuir qui a guidé le reste de notre travail », explique Ralph Escamillan.

    Une des particularités de « whip » est que les performeurs (Daria Mikhaylyuk et Ralph Escamillan) ne voient pas puisqu’ils portent une cagoule en cuir sur la tête. Ce choix original oblige les danseurs à avoir confiance l’un envers l’autre et d’utiliser leurs autres sens, comme le toucher. « En essayant la cagoule, je savais que nous n’allions pas voir et je refusais d’y ajouter des trous pour les yeux. Je voulais vraiment trouver une manière de faire un spectacle sans voir. La musique et les sons dans le spectacle deviennent une manière de s’encrer et de garder des repères auditifs afin que nos mouvements soient synchronisés. Ils nous permettent de savoir où nous sommes et qui doit être à quel endroit, et à quel moment. Nous avons placé un ruban sur le sol qui fait le tour de la scène pour savoir où l’espace se termine grâce au toucher. Nous avons aussi beaucoup pratiqué et nous avons confiance l’un envers l’autre, mais aussi en la chorégraphie », démystifie le chorégraphe.

    Ralph Escamillan a eu son premier contact avec la danse à 14 ans via le hip-hop et le breakdance. Il s’intéresse à plusieurs formes artistiques comme la peinture, la sculpture, la musique et le théâtre, qu’il pratique à son école secondaire à Vancouver. Avant de s’investir plus sérieusement dans le milieu de la danse, il était en formation pour devenir un chef. Il a incorporé la manière de travailler et de se préparer en cuisine dans son rôle de chorégraphe et de directeur artistique. Par la suite, Ralph Escamillan s’initie à d’autres styles de mouvements comme la danse contemporaine et la danse commerciale. Il participe à plusieurs productions de Nickelodeon et Universal. Il est également parti en tournée avec des compagnies en Asie, en Europe et aux États-Unis. Il s’engage également auprès de la communauté de la danse de salon à Vancouver. Ces nombreuses expériences variées dans le monde de la danse lui donnent une perspective unique sur le mouvement et le corps, qu’il transpose dans ses créations.

    « J’essaie de trouver une façon de faire comprendre aux gens que nous faisons tous la même chose. Je me questionne sur comment je peux créer davantage d’occasions pour les artistes de couleur et queer comme moi. Je veux que les jeunes qui n’ont pas grandi dans un milieu privilégié soient supportés et trouvent leur voix. Ma mère a fait beaucoup de sacrifices pour me donner un bon niveau de vie. Le street dance m’a fait prendre conscience de cet esprit communautaire et d’aider son prochain. J’ai aussi réalisé qu’il faut s’inspirer des générations passées pour aider celles du futur. Je veux montrer qu’une personne comme moi peut se rendre où je suis. Tu peux amener le public à réfléchir à travers ton travail et lui faire comprendre ton expérience de vie », conclut Ralph Escamillan.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité