Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Amélie Hardy




    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Amélie Hardy complète la postproduction de deux projets documentaires

    Amélie Hardy complète la postproduction de deux projets documentaires

    Ayant rejoint les rangs de la compagnie Les enfants à titre de réalisatrice publicitaire en 2020, Amélie Hardy poursuit parallèlement le développement de ses projets cinématographiques. En plus de « La vie heureuse », essai documentaire présenté au Festival du nouveau cinéma, la jeune cinéaste a complété deux projets dernièrement, la websérie « Chroniques d’une vie ordinaire » et le court métrage « Notes sur la mémoire et l’oubli ». Elle en a discuté en entrevue.

    12 novembre 2021, 07h25

    « La vie heureuse », l’essai documentaire immersif et méditatif d’Amélie Hardy

    « La vie heureuse », l’essai documentaire immersif et méditatif d’Amélie Hardy

    Amélie Hardy a eu l’idée du court métrage « La vie heureuse » à l’été 2017 alors qu’elle vivait un étrange moment d’angoisse. Elle s’est alors imaginé une poignée de scènes pouvant décharger ce malaise. À l’origine, l’idée était d’offrir une série de tableaux fantasmés d’évasion, de défoulement physique ou d’apaisement. Au fil du processus, lorsqu’elle a voulu élaborer un film autour de ce concept, la réalisatrice s’est mise à réfléchir au-delà de son propre sentiment et a abordé son sujet à travers l’angle d’une quête universelle.

    26 octobre 2021, 07h20

    REGARD : Amélie Hardy considère les possibilités cinématographiques du documentaire

    REGARD : Amélie Hardy considère les possibilités cinématographiques du documentaire

    À la fin de ses études en cinéma à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), Amélie Hardy se retrouve à effectuer le montage d’« Elle pis son char », un court métrage documentaire de Loïc Darses. Le parcours exceptionnel de ce film propulse les deux collègues dans la sphère professionnelle du cinéma. Dès lors, la jeune femme se découvre un besoin de raconter des histoires, et plus encore, de mettre en images des idées qui lui sont chères. « Train Hopper », court métrage documentaire, naît de ce désir. Qui fait Quoi a discuté avec la cinéaste en marge du Festival REGARD où l’oeuvre était présentée.

    28 mars 2019, 07h00