CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • SUIVEZ-NOUS

    RSS

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    [PODCAST] La technologie de D-Box passe du divertissement à la formation et la simulation

    18 décembre 2022, 07h30
         |      Article rédigé par Sophie Bernard

    Le 29 novembre dernier, D-Box Technologies recevait le prix « PME en lumière AQT 2022 – Partenariat de l’année » lors du Big Bang de l’AQT, le forum de commercialisation et de croissance dédié aux entreprises technos du Québec. Grâce à la création de partenariats, la petite compagnie de Longueuil a inventé de toute pièce une technologie haptique et s’est taillé une place enviable sur les marchés internationaux dans le secteur du divertissement et, de plus en plus, en simulation et en formation professionnelles. Voici un compte-rendu du balado « On parle techno » qu’animent Sébastien Mailhot, président et chef de la direction, et Stéphane Vidal, vice-président, produits et marque, pour parler de l’évolution de leur entreprise.

    [PODCAST] La technologie de D-Box passe du divertissement à la formation et la simulation Sébastien Mailhot et Stéphane Vidal. Photo: Courtoisie

    « Au début des années 2000, nous avons inventé une façon de regarder le cinéma à domicile, explique Sébastien Mailhot. Nous nous demandions quelle était l’expérience qui allait impacter le corps humain et nous avons inventé une technologie de toute pièce. » À l’époque, on parlait encore peu d’immersion et D-Box Technologies avait développé une technologie en recherche de marché. L’entreprise a embarqué dans divers projets, dont ceux de parcs d’attractions, puis en course automobile, dans les musées et même dans le médical. En 2010, elle a trouvé un marché et c’est à ce moment qu’elle a inventé une expérience immersive pour le cinéma.

    « Des kids de Longueuil se sont rendus à Hollywood, se souvient le PDG. Au début, on nous a dit non, puis l’expérience avec "Fast & Furious" a causé une explosion dans la tête des gens. » Aujourd’hui, D-Box se trouve implanté dans 40 pays et l’arrivée de la réalité virtuelle et du métavers va lui ouvrir encore davantage de marchés. La créativité et l’innovation caractérisent l’entreprise, ajoute Stéphane Vidal. « Si on s’écoutait, on inventerait une nouvelle technologie chaque jour, dit-il. Notre bureau chef se trouve à Longueuil et nous avons des bureaux à Los Angeles et à Beijing. » Après 25 ans, la boîte demeure encore leader mondial dans l’haptique avec des clients comme Cinemark, Nascar, F1 et Disney.

    Un des tournants a été lorsque la technologie est arrivée dans les parcs d’attractions, ce qui a permis à l’entreprise de se positionner dans les salles de cinéma. « Les salles faisaient rentrer l’argent et les moyens pour bâtir nos autres marques, note Sébastien Mailhot. Ensuite, grâce à des ententes avec Disney et Warner Bros., on a commencé à avoir des profits, faisant passer notre chiffre d’affaires de 5 millions $ à 25 millions $. Cela a été un moment charnière. » Quelque 810 salles à travers le monde proposent la technologie D-Box, pour un total de 20 000 sièges, qui occupent parfois une seule rangée, parfois toute la salle.

    Avec la pandémie, l’entreprise a commencé à toucher à d’autres secteurs, comme la simulation de course. « D-Box est devenu incontournable, affirme son PDG. Nous sommes à peu près tout seuls avec la précision et le réalisme qui ajoute quelque chose à l’expérience. » Dans le futur, l’haptique se trouvera partout dans nos vies, avance Stéphane Vidal. On l’utilise évidemment dans le divertissement, mais elle se trouvera dans les éléments médicaux et la mobilité. Déjà des possibilités ont été testées relativement à l’autisme et à l’aide à la concentration. Le jeu vidéo représente un immense marché pour l’haptique, et les sièges vont changer la vie des joueurs, espèrent les dirigeants.

    La technologie développée par l’entreprise de Longueuil est déjà utilisée pour la simulation et la formation en entreprise, comme chez Caterpillar et John Deer ou encore CAE ; elle s’ajoute à d’autres outils. « Si le divertissement demeure le marché le plus important pour nous, le gaming va devenir assez prometteur, note Stéphane Mailhot. Nous allons au CES (Consumer Electronics Show) et déjà 50 médias nous ont contactés pour essayer nos chaises. »

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité

    DERNIERS ARTICLES

    Annecy accueille Wes Anderson comme invité d’honneur

    Annecy accueille Wes Anderson comme invité d’honneur

    Suite
    22 février 2024, 02h00
    Captivez vos clients B2B avec des contenus percutants !

    Captivez vos clients B2B avec des contenus percutants !

    Suite
    22 février 2024, 02h00