Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Le potentiel de la réalité augmentée pour les arts visuels

    6 octobre 2020, 07h30
         |      Article rédigé par Oriane Morriet.

    Dans le cadre de la pandémie de COVID-19, l’ensemble des galeries et des musées ont dû fermer leurs portes, temporairement du moins. Pour rester actifs auprès de leurs clientèles, ces institutions culturelles ont développé un certain nombre de stratégies numériques. Des expériences de réalité augmentée ont été rendues accessibles au plus grand nombre. Quel potentiel pour la réalité augmentée et pour les arts visuels ? Retour sur la discussion qui a mis en dialogue Cheryl Sim, commissaire de la Fondation Phi, et Joe Cutts, commissaire de la section Alternate Realities de Sheffield DocFest, lors de MUTEK 2020. Au programme ? La création, la collection et la conservation des œuvres en réalité augmentée.

    Le potentiel de la réalité augmentée pour les arts visuels Cheryl Sim (Fondation Phi) et Joe Cutts (Sheffield DocFest).Photo: Oriane Morriet

    Le sujet de la discussion entre Cheryl Sim et Joe Cutts à MUTEK a porté sur la création, la collection et la conservation des œuvres en réalité augmentée, qui se sont notamment développées dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Cheryl Sim confie ainsi que les galeries et les musées sont de plus en plus ouverts à la diffusion d’œuvres numériques en réalité augmentée depuis que la crise sanitaire a mis en valeur l’importance de la programmation numérique. « Les lieux de diffusion doivent cependant adapter leur stratégie pour la VR et l’AR car les gens ne peuvent plus tous utiliser le même casque ou la même tablette », précise Cheryl Sim.

    Pour Joe Cutts, les technologies numériques ne devraient pas être considérées comme un plus ou un moins : elles devraient être considérées de la même manière qu’une technologie traditionnelle, comme la peinture ou le film. « La technologie en soi est un support. L’immersion artistique par le numérique doit être un moyen de pousser plus loin les histoires que l’on raconte par l’art », explique-t-il. Le commissaire du Sheffield DocFest confie ainsi que, pendant la pandémie, les artistes ont utilisé les filtres Instagram comme un moyen de création. « Les outils mis à disposition grâce aux réseaux sociaux ont permis aux artistes de s’exprimer. Les galeries acceptent dorénavant de plus en plus de contenu artistique mobile », poursuit-il.

    Si le développement des plateformes web et des applications mobile ont permis aux artistes de créer numériquement, comment ces artistes font-ils pour vendre et diffuser leurs œuvres numériques. L’absence de matérialité des œuvres est-elle un défi pour les arts visuels ? Cheryl Sim explique qu’il s’agit avant tout de travailler en petites quantités. Pour garantir l’authenticité des œuvres, même si elles sont numériques, donc réplicables à l’infini, il est préférable de n’en diffuser que trois ou quatre exemplaires. « Nous donnons aussi aux lieux de diffusion des instructions précises pour la présentation correcte de l’œuvre », ajoute la commissaire de la Fondation Phi.

    Le véritable défi des œuvres de réalité augmentée n’est en fait pas leur vente, ni leur diffusion, mais leur conservation. Les technologies numériques évoluent très rapidement et le visionnement des œuvres dépend de leur mise à jour d’un point de vue technologique. Si le musée n’est plus en capacité de diffuser l’œuvre dans cinq ans parce que la technologie n’est plus à jour, c’est un véritable problème pour l’institution comme pour l’artiste. Pour remédier au problème, il faut donc aux artistes de penser à changer régulièrement les supports de leurs œuvres pour qu’elles restent consultables.

    D’une manière générale, les artistes numériques doivent comprendre comment se positionner sur le marché de l’art numérique. Quelle approche du numérique prennent-ils ? Quels messages portent-ils ? Quelles valeurs défendent-ils ? « Il faut développer une stratégie pour savoir comment se présenter au monde », commente Joe Cutts. Les artistes numériques viennent généralement de disciplines différentes : ils ne commencent pas en tant qu’artistes numériques. En fonction de la discipline dont ils sont issus, leur approche sera donc différente. Un peintre n’aura pas les mêmes attentes de la réalité augmentée qu’un metteur en scène, par exemple.

    « En cinéma, nous voyons la AR et la VR comme un progrès, donc nous essayons ces technologies, puis nous voulons prolonger l’expérience », poursuit Joe Cutts. Les nouvelles technologies numériques représentent en effet une véritable opportunité de carrière pour les artistes. « Il n’y a rien de problématique avec le fait que les institutions publiques injectent de l’argent dans le développement des arts numériques, mais les artistes ne devraient pas se saisir de l’occasion pour développer une œuvre coûte que coûte, ils ne devraient le faire que si cela correspond vraiment à leur démarche artistique », conclut Cheryl Sim.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité