Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    UNEQ : L’affaire Gabriel Matzneff n’a rien de comparable avec l’affaire « Hansel et Gretel »

    22 janvier 2020, 07h03

    C’est avec consternation que l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) a lu et entendu à plusieurs reprises des rapprochements entre l’affaire Gabriel Matzneff, qui secoue le monde littéraire français, et l’affaire « Hansel et Gretel » qui menace l’écrivain québécois Yvan Godbout de 14 années de prison. L’UNEQ appelle toute personne amenée à commenter ces actualités à faire preuve de discernement. Toute comparaison est insultante pour Yvan Godbout, les écrivains et la littérature.

    UNEQ : L’affaire Gabriel Matzneff n’a rien de comparable avec l’affaire « Hansel et Gretel » Adulte-enfant.Photo: PublicDomainPictures

    L’UNEQ rappelle que dans le dossier « Hansel et Gretel », l’écrivain Yvan Godbout et son éditeur sont accusés de production et de distribution de pornographie juvénile sur la base d’une plainte formulée à l’encontre de passages dans un livre de fiction, publié dans une collection de livres d’horreurs pour public averti.

    De l’autre côté de l’Atlantique, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « viols commis sur mineur » de moins de 15 ans et confiée à l’Office central pour la répression des violences faites aux personnes (OCRVP).

    « Dans le cas français, il s’agit d’essais et de journaux intimes ouvertement autobiographiques où sont étalés à pleines pages l’attirance d’un homme pour de jeunes garçons et de jeunes filles, et c’est précisément cet homme qui est visé par une enquête sur ses actes. Tandis que dans l’affaire québécoise, un écrivain est accusé de production et de distribution de pornographie juvénile sur la foi d’une oeuvre de fiction », rappelle Suzanne Aubry, présidente de l’UNEQ.

    Retrait des bibliothèques

    Les journaux intimes de Matzneff ont fait l’objet d’un retrait rapide de la collection de la Grande Bibliothèque de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) le 7 janvier dernier. L’UNEQ respecte cette décision de précaution, au regard du Code criminel qui punit la possession de pornographie juvénile, mais aussi et surtout par respect pour les victimes citées dans ces journaux, à commencer évidemment par l’écrivaine et éditrice Vanessa Springora.

    « En ce qui concerne "Hansel et Gretel", le procès portera précisément sur la dimension littéraire, artistique et fictionnelle de l’oeuvre. C’est dorénavant entre les mains de la justice, qu’on le veuille ou non », déclare Laurent Dubois, directeur général de l’UNEQ. « Laissons la justice faire son travail et, de grâce, évitons de comparer deux affaires qui n’ont rien de comparable », conclut-il.

    Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité