Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Après cinq ans, AMI-télé poursuit son évolution

    5 décembre 2019, 05h20
         |      Article rédigé par Frédéric Bouchard.

    Première station de télévision à offrir son contenu avec vidéodescription en clair et sous-titrage codé, AMI-télé célèbre cette année son cinquième anniversaire. Nous avons discuté avec Isabella Federigi, qui occupe aujourd’hui le titre de vice-présidente, programmation et production, depuis plus de quatre ans afin de jeter un regard sur le chemin parcouru.

    Après cinq ans, AMI-télé poursuit son évolution Isabella Federigi.Photo: Courtoisie

    C’est en 2014 qu’Isabella Federigi joint les rangs du groupe Accessible Media Inc. Armée de ses vingt années d’expérience dans l’univers des médias télévisuels, elle est nommée directrice de la programmation d’AMI-télé, un troisième service de diffusion lancé afin de servir les Canadiens et Canadiennes francophones non voyants, avec des troubles de vision, sourds ou malentendants.

    « La mission d’AMI-télé est quelque chose qui me rejoignait de par son côté social et de par l’envie de donner une voix et une visibilité à des gens qui en ont moins, ce que j’avais déjà fait auparavant lorsque j’étais directrice de la station multiculturelle CJNT à Montréal », se souvient Isabella Federigi à propos de son arrivée à AMI-télé.

    Aux côtés de Philippe Lapointe, qui est alors vice-président, programmation et production de la chaîne, elle bâtit une grille horaire qui allait être officiellement lancée en décembre 2014. Quelques mois plus tard, celle qui se dit passionnée de programmation prend la place de son collègue, qui délaisse son poste pour relever de nouveaux défis, et y siège encore aujourd’hui.

    « Nous sommes une entreprise à but non lucratif. Nos revenus proviennent donc uniquement des redevances des câblodistributeurs. Et le service de distribution est obligatoire sur le câble de base », rappelle Isabella Federigi.

    Du côté de la programmation, une évolution s’est naturellement effectuée, observe cette dernière. D’abord constituée majoritairement d’acquisitions et de traductions de matériel anglophone, la grille horaire a été bonifiée de contenu original francophone qui s’est constitué grâce à un partenariat avec des producteurs indépendants québécois. Ce qui a mené en 2015 à la diffusion de la première émission de « Ça me regarde » qui est aujourd’hui présentée hebdomadairement dans un format de soixante minutes.

    Mais pour créer ce contenu francophone, AMI-télé collabore également avec des producteurs de l’extérieur de la province, que ce soit du Nouveau-Brunswick ou du Manitoba. « C’est important pour nous de ne pas seulement rejoindre les téléspectateurs québécois, mais aussi d’atteindre une représentation francophone hors Québec toujours avec un accent sur les malvoyants, mais nous ouvrons aussi à d’autres formes de handicaps », souligne la vice-présidente, programmation et production.

    Et depuis les tout débuts, l’équipe consulte et mène des recherches auprès des personnes concernées par le mandat de la chaîne, soit des non-voyants ou des personnes présentant des handicaps visuels. Mais pour s’assurer qu’AMI-télé puisse rejoindre l’auditoire, Isabella Federigi et ses collègues travaillent depuis deux ans avec un panel de recherche dont les membres participent sur une base volontaire à des sondages et à des groupes de discussion afin de les aiguiller sur le type de programmation qui les intéressent, tant dans les acquisitions que dans la production originale.

    « Au départ, nous avions demandé à notre groupe de discussion si nous devions ouvrir à davantage de handicaps ou nous concentrer sur le handicap visuel. Et la réponse a été très claire et vive : "Nous avons attendu tellement longtemps pour avoir un service qui s’adresse à nous". Donc, c’était très important pour eux de respecter le mandat. Cela dit, nous avons effectué une nouvelle recherche il y a environ un an, pour constater que la situation commençait à changer. Oui, notre public-cible est content d’avoir leur service, mais il peut être intéressant pour eux de voir comment d’autres gens vivent les défis de leur handicap. Il y a donc une ouverture », constate la vice-présidente.

    Un bref historique d’AMI

    Avant le lancement d’AMI-télé, un service audio numérique pour la télévision existait depuis 1990. Géré par des bénévoles et connu à l’époque sous le nom de VoicePrint, ce soutien pour les personnes non voyantes ou à visibilité réduite proposait une lecture de circulaires et de journaux. « Puis, tranquillement, le service a pris de l’ampleur. Il y a eu une demande de licence au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour une station de télévision anglophone. À ce moment, c’est devenu The Accessible Channel », raconte Isabella Federigi.

    Après des activités qui dureront trois ans, de 2009 à 2012, une restructuration fait en sorte que l’entreprise basée à Toronto est rebaptisée Accessible Media Inc. (AMI). Elle offre toujours ses services audio numériques et de vidéodescription pour la télévision, tous les deux en anglais. Dès lors, ce ne sont plus des bénévoles, mais bien des professionnels du monde télévisuel qui sont engagés afin de monter la programmation de VoicePrint et de The Accessible Channel qui sont lancés sous les noms d’AMI-audio et AMI-tv.

    Au départ, le contenu est composé essentiellement d’acquisitions. Il est entièrement accessible en vidéodescription pour le public anglophone. En 2013, le diffuseur effectue une nouvelle demande auprès du CRTC afin de créer un troisième service de diffusion en français. L’organisme public accepte la proposition et dès lors, AMI-télé naît le 16 décembre 2014.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité