Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • SUIVEZ-NOUS

    RSS

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Les exclusivité

    Chaque jour, depuis 25 ans, les journalistes du Lien MULTIMÉDIA rencontrent et donnent la parole aux acteur·trice·s de l'écosystème techno-créatif du Québec. Entrevues exclusives, reportages inédits, podcasts, interview vidéo, compte-rendu, analyse, réflexion, conseils d'experts… Les abonné·e·s du Lien MULTIMÉDIA profitent grâce à ces contenus originaux d'une veille stratégique de premier plan.

    Nadia Louis-Desmarchais réalise sa première série courte avec « Les météorites »

    Nadia Louis-Desmarchais réalise sa première série courte avec « Les météorites »

    Librement inspirée d’une histoire vraie, « Les météorites » est basée sur le récit personnel de la scénariste et réalisatrice Nadia Louis-Desmarchais. La série courte de fiction raconte le parcours de Léna et Maëlle, deux soeurs d’origine haïtienne retirées de leurs racines biologiques et placées dans une famille d’accueil blanche dans les années 2000 au Québec. Produits par Inaru Films, les 10 épisodes de 15 minutes disponibles sur ICI Tou.tv abordent le thème de la famille, de la signification de ce terme, de résilience et de solidarité.

    Rendez-vous Pro : Ara Ball revient sur la transposition du format court au long de « L’Ouragan F.Y.T. »

    Rendez-vous Pro : Ara Ball revient sur la transposition du format court au long de « L’Ouragan F.Y.T. »

    Projeté dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma, « L’Ouragan F.Y.T. », deuxième long métrage d’Ara Ball est l’adaptation en format long de son premier court métrage « L’Ouragan Fuck You Tabarnak », paru en 2013. Invité à prendre la parole durant les Rendez-vous Pro, le scénariste et réalisateur a échangé avec le professeur et auteur Bill Marshall à propos du processus de transition entre les deux formats. Le film trace le portrait d’un enfant issu d’un milieu défavorisé qui, en 1991, vit son existence comme étant l’Ouragan.

    Rendez-vous Pro : La diversité, une étiquette à déconstruire ?

    Rendez-vous Pro : La diversité, une étiquette à déconstruire ?

    Conviées à partager leur expérience et leur pratique en tant que cinéastes de la diversité BIPOC (ou en français PANDC, pour Personnes autochtones, noires et de couleur) dans une discussion présentée par la SARTEC intitulée « Nouvelles voix : éclosion cinématographique au Québec », Nadia Louis-Desmarchais et Marya Zarif ont rappelé la catégorisation qu’elles et leur travail subissent encore aujourd’hui, la première après plusieurs courts métrages et une première websérie, « Les météorites », disponible sur ICI Tou.tv, la seconde dont le premier long métrage d’animation « Dounia et la princesse d’Alep » a connu un certain succès à l’international, mais aurait été, « snobbé » par le milieu québécois. Dans une animation bienveillante de Marina Mathieu, travailleuse culturelle multidisciplinaire, les deux scénaristes et réalisatrices ont exprimé leur point de vue sur cette délicate question.

    75 ans plus tard, la SARTEC continue de défendre les scénaristes

    75 ans plus tard, la SARTEC continue de défendre les scénaristes

    Coprésentateur des Rendez-vous Pro, la Société des auteur·trice·s de radio, télévision et cinéma (SARTEC) célèbre cette année son 75e anniversaire. Le regroupement organisait d’ailleurs un petit déjeuner lançant l’édition 2024 du volet professionnel des Rendez-vous Québec Cinéma. Le désir, explique toutefois Laurent Dubois, directeur général par intérim de l’organisme, est de célébrer toute l’année en effectuant diverses sorties médiatiques. Une première lettre ouverte signée par Chantal Cadieux, autrice et présidente du conseil d’administration, parue dans les médias la semaine dernière, a déjà ouvert le bal. « Notre objectif est de démontrer que les scénaristes ont une place essentielle dans tous les projets, car ils en sont l’initiative, à l’origine. C’est grâce à eux que nos histoires sont racontées », rappelle le directeur général de l’organisation.

    Émilie Serri remporte la 4e Forge Québec Cinéma avec son projet « Mater »

    Émilie Serri remporte la 4e Forge Québec Cinéma avec son projet « Mater »

    Le projet de long métrage « Mater » récolte les honneurs de la 4e édition de La Forge Québec Cinéma. Présentée par Netflix, la fabrique créative, qui consiste en une série d’activités permettant à six duos de développer un projet de long métrage de fiction, culminait, lors des Rendez-vous Pro, avec la présentation des pitchs. La scénariste et réalisatrice Émilie Serri (« Damascus Dreams ») ainsi que le compositeur Robin Pineda Gould ont décroché la bourse de 10 000 $ après avoir dévoilé les détails de leur projet inspiré par une expérience transformatrice : la maternité.

    BAnQ s’est intéressée à la découvrabilité avant l’heure

    BAnQ s’est intéressée à la découvrabilité avant l’heure

    Bibliothèque et archives nationales du Québec (BAnQ) s’intéressait à la découvrabilité bien avant que le mot existe. On y utilisait plutôt les termes sérendipité ou découverte fortuite. Au départ, l’idée représentait de travailler sur les moteurs de recherches pour faire en sorte que le public vienne sur le site de BAnQ et y trouve l’information qu’il recherchait, explique Jean-François Gauvin, directeur de l’expérience et de la transformation numérique de l’institution.

    Rendez-vous Pro : François Létourneau, scénariste qui valorise le contrôle et la liberté créative

    Rendez-vous Pro : François Létourneau, scénariste qui valorise le contrôle et la liberté créative

    Si François Létourneau n’avait qu’un seul conseil à prodiguer à ceux et celles qui souhaitent engager une carrière en scénarisation, c’est bien, ironiquement, celui de ne retenir aucune recommandation à propos du métier. Pour l’homme qui prépare la sortie imminente de la troisième et ultime saison de « C’est comme ça que je t’aime », l’écriture est un travail ardu, qui naît d’un besoin viscéral et demeure infiniment intime, et donc, varie vraisemblablement d’un scénariste à l’autre. Aux côtés du directeur général de Québec Cinéma Dominique Dugas, l’une des deux plumes derrière « Les invincibles » et « Série noire », était conviée à ouvrir la série de discussions des Rendez-vous Pro 2024 qui cette année mettent à l’honneur la scénarisation.

    « L’Horizon de Khéops » : l’entreprise française Emissive veut créer des expéditions immersives

    « L’Horizon de Khéops » : l’entreprise française Emissive veut créer des expéditions immersives

    Cofondateur d’Emissive avec Emmanuel Guerriero en 2005, Fabien Barati était de passage à Montréal pour présenter « L’Horizon de Khéops : un voyage en Égypte ancienne », une expérience immersive présentée par le Studio PHI au Vieux-Port de Montréal. Le Lien MULTIMÉDIA a discuté avec lui pour mieux comprendre comment l’entreprise française est devenue maîtresse dans l’art de l’immersion.

    RVQC : « A Quiet Girl », la quête de vérité d’Adrian Wills

    RVQC : « A Quiet Girl », la quête de vérité d’Adrian Wills

    En 2019, la trajectoire personnelle et cinématographique d’Adrian Wills a été complètement bouleversée. De passage à Terre-Neuve, province où il est né, puis adopté, il est encouragé par des amis à tenter de retrouver ses parents biologiques. Il se rend alors dans un hôpital à Saint-Jean de Terre-Neuve, sans qu’on veuille lui donner la réponse à sa question. Il visite par la suite la station de radio Voice of the Common Man, fondée en 1936, où il parle de ses origines. L’extrait est partagé sur les réseaux sociaux, puis sa tante et sa cousine le contactent. En parallèle, il soumet l’idée d’un projet de film sur ses origines à l’Office national du film du Canada. Vient alors de commencer « A Quiet Girl (Une fille tranquille) », une épopée de deux ans où le documentariste, en pleine pandémie, va partir à la rencontre de son identité… et de la notion de vérité.

    Jean-Daniel Desroches perçoit le film jeunesse comme un outil de discussion sur des enjeux délicats

    Jean-Daniel Desroches perçoit le film jeunesse comme un outil de discussion sur des enjeux délicats

    En 2008, Jean-Daniel Desroches a obtenu du financement pour une idée de court métrage à propos d’un homme se remémorant une partie bien précise de son enfance, idée qui s’est métamorphosée en projet de long métrage lorsqu’il a rencontré le réalisateur Patrick Boivin, puis Cédric Bourdeau et Stéphane Tanguay des Productions Kinesis en 2013. Le fil conducteur est demeuré le même au fil du temps, confie le scénariste en entrevue, soit celui d’évoquer le deuil, et plus particulièrement son déni, dans une histoire qui, dans la version immortalisée d’« Écho à Delta », est racontée d’après le point de vue d’Étienne, un garçon de 10 ans, s’expliquant la disparition de son jeune frère David par un enlèvement extraterrestre.