Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Le Séminaire de Québec découvre des documents d’archives reliés à Jeanne Mance Extrait de la lettre. Photo: Courtoisie

    Le Séminaire de Québec découvre des documents d’archives reliés à Jeanne Mance

    19 janvier 2024, 00h05
         |     

    Sources inestimables pour comprendre l’évolution de la société québécoise, les archives du Séminaire de Québec, sous la responsabilité du Musée de la civilisation, ont récemment révélé des contenus inédits. En effet, d’importants documents d’archives, reliés aux premières années de la fondation de Montréal, y sont conservés depuis 1673, année du décès de Jeanne Mance, cofondatrice de Montréal.

    C’est le directeur général du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, Paul Labonne, qui, dans le cadre des commémorations du 350e anniversaire du décès de Jeanne Mance et du renouvellement de l’exposition permanente de son institution, en a fait la découverte, attiré par une annotation sur le testament de celle qui fut la fondatrice de l’Hôtel-Dieu de Montréal et son administratrice sa vie durant. C’est en ces mots qu’elle léguait à Mgr François de Laval, fondateur du Séminaire de Québec et premier évêque de Québec : « tout mes papiers tant pour mon particulier que pour Lospital et Les Lestres qui me seront envoiee de France, Luy soies mise entre ses mains et qui Luy plaise de faire prier Dieu pour le repos de mon Ame. »

    Ainsi, l’une des archives les plus significatives retracées par Paul Labonne, avec le concours de l’archiviste Peter Gagné du Musée de la civilisation, est une lettre de Jeanne Mance, rédigée vers 1665. Longue de plusieurs pages, cette missive explique les raisons qui l’avaient poussée, en 1653, à remettre la somme de 22 000 livres à Paul de Chomedey de Maisonneuve dans le but qu’il puisse recruter une centaine de colons en France. Un geste non négligeable pour la survie de la jeune bourgade, appelée à devenir Montréal, soumise à des attaques iroquoises et qui comptait déjà plusieurs colons. En effet, les recherches de Paul Labonne ont également mis au jour une douzaine de contrats attestant l’engagement, en 1644, de paysans et artisans français par Jérôme Le Royer de La Dauversière, procureur de la Société de Notre-Dame de Montréal.

    Selon le directeur général du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, il n’est pas impossible que ces précieux documents se trouvaient dans l’inventaire dressé au décès de Jeanne Mance, même s’ils ne sont pas spécifiquement mentionnés. Ces documents figurent parmi les plus anciens contrats d’engagement de colons français recrutés par la Société de Notre-Dame de Montréal que l’on ait retrouvés.

    « Une telle découverte est extrêmement stimulante puisqu’elle ouvre de nouvelles avenues de recherche qui permettront d’enrichir notre mémoire collective. Elle confirme également le rôle majeur qu’a joué Jeanne Mance dans la fondation de Montréal. Pendant plus de 30 ans, elle a su acquérir la confiance de tous pour que Montréal se développe », déclare Paul Labonne, directeur général du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal.

    « Cette découverte est la preuve que, grâce à des chercheurs avisés comme Paul Labonne, l’histoire continue de s’écrire. Les archives du Séminaire de Québec sont riches et demeurent accessibles à toutes les personnes qui désirent les consulter pour faire avancer leurs recherches. Depuis 1995, le Musée de la civilisation a l’immense privilège d’être responsable de ces documents d’archives qui révèlent la détermination de ces femmes et de ces hommes qui, malgré les conflits et les bouleversements sociaux et politiques, ont participé à l’édification du Québec », ajoute Stéphan La Roche, président-directeur général du Musée de la civilisation.

    Faits saillants

    • Ces documents n’étant pas liés directement à la vie du Séminaire de Québec, ils n’apparaissaient pas dans une catégorie précise, mais plutôt générale.
    • Quelques documents portent la lettre du classement apposée par les notaires au moment de l’inventaire après décès, ce qui confirme la provenance des documents.
    • La somme de 22 000 livres provenait de la mécène Angélique Faure de Bullion. Par ses dons, cette aristocrate française a contribué grandement à l’édification de l’Hôtel-Dieu de Montréal. Cette somme équivaut aujourd’hui à environ 730 000 $.
    • Les célébrations entourant le 350eanniversaire du décès de Jeanne Mance sont en cours jusqu’en juin 2024.
    • Les archives liées directement à Jeanne Mance sont rares puisque l’Hôtel-Dieu de Montréal, fondé en 1642, a subi trois incendies dévastateurs soit en 1695, 1721 et 1734. Ce dernier a décimé une partie considérable des archives de l’hôpital.
    • La lettre écrite par Jeanne Mance avait déjà été localisée en 1953 par Marie-Claire Daveluy pour un article intitulé « Le drame de la recrue de 1653 » paru dans la Revue d’histoire de l’Amérique française (volume 7, numéro 2, septembre 1953), mais très peu exploitée.
    • En 2007, le Fonds du Séminaire de Québec, 1623-1800 est inscrit au prestigieux Registre international de la Mémoire du monde de l’UNESCO.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    « Waitress » : déjà 50 000 billets vendus

    « Waitress » : déjà 50 000 billets vendus

    Suite
    19 juillet 2024, 00h00
    Marsö prépare le terrain pour un deuxième album

    Marsö prépare le terrain pour un deuxième album

    Suite
    18 juillet 2024, 03h00
    Virginie B offre une pop décomplexée

    Virginie B offre une pop décomplexée

    Suite
    18 juillet 2024, 02h30
    IKEA Canada implante les bornes de recharge de Cléo

    IKEA Canada implante les bornes de recharge de Cléo

    Suite
    18 juillet 2024, 00h30