CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • SUIVEZ-NOUS

    RSS

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    L’exposition « Pour demain » s’installe au Musée de la civilisation «Eyes as Big as Plates», Sinikka (Norway 2019). Photo: Karoline Hjorth & Riitta Ikonen

    L’exposition « Pour demain » s’installe au Musée de la civilisation

    19 juin 2023, 10h05
         |     

    L’urgence climatique est un sujet plus que d’actualité. Le monde entier est conscient que l’héritage environnemental est sérieusement compromis pour les générations futures en raison de la crise climatique. Les gouvernements, les médias, de nombreux organismes et plateformes nous sensibilisent à la question.

    Mais à travers ce flot d’informations nécessaire, serait-il possible, aussi, d’interpeller en misant sur la beauté de notre planète et sur un positivisme responsable ? C’est ce que propose la nouvelle grande exposition internationale « Pour demain », conçue par le Barbican de Londres avec les commissaires invitées FranklinTill, coproduite et adaptée par le Musée de la civilisation.

    Le pouvoir de l’art

    Le point de départ de cette proposition : des oeuvres d’art magistrales présentées à Londres au prestigieux Barbican à l’été 2022, auxquelles le Musée de la civilisation a ajouté une grande zone afin de rendre compte des enjeux québécois liés à la crise climatique, mais surtout y associer des gestes simples et concrets pour favoriser un changement positif face aux bouleversements climatiques, sans faire la morale ou être alarmiste.

    En misant sur notre capacité d’émerveillement, notre curiosité et la sensibilité qu’éveille en nous la beauté du monde, « Pour demain » se déploie dans une approche positive et dynamique au moyen du design, de l’art, de la science, des technologies et de la philosophie, ouvrant une fenêtre sur un futur plus radieux.

    « Pour demain » est présentée du 14 juin 2023 au 7 janvier 2024, en collaboration avec le ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, RECYC-QUÉBEC et Desjardins, ainsi qu’avec le soutien financier du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec dans le cadre de l’Entente de développement culturel.

    « La préservation de notre planète est une responsabilité individuelle et collective, qui requiert des actions concertées et immédiates, déclare Benoit Charette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région des Laurentides. En misant sur la beauté de notre environnement et en adoptant une approche optimiste, nous suscitons un véritable élan d’enthousiasme et de curiosité, mais aussi une prise de conscience collective. Je suis fier que notre gouvernement soutienne financièrement l’exposition "Pour demain", qui incarne cette vision et qui permet de sensibiliser la communauté à l’impact de nos actions sur notre présent et notre avenir. »

    « Inspirer par la beauté de ce qui nous entoure, miser sur le positivisme et la curiosité, voilà ce qu’on garde en tête grâce à l’exposition "Pour demain", déclare Bruno Marchand, maire de Québec. Les effets des changements climatiques sont de plus en plus visibles et fréquents. Inondations, feux de forêt, chaleurs extrêmes : tous les jours, nous sommes devant des défis importants en matière d’environnement et nous pouvons facilement tomber dans le fatalisme statique. Changer de perspective pour avoir comme point de départ l’émerveillement et la magnificence de notre environnement ne peut que nous pousser à agir pour en faire davantage pour le préserver et le protéger. »

    « Choisir une approche positive pour parler d’un enjeu aussi important ne signifie pas qu’il n’est pas sérieux, déclare Stéphan La Roche, président-directeur général, Musée de la civilisation. Au contraire, c’est un retour à l’essentiel : voir toute la beauté du monde, l’aimer et vouloir en prendre soin. C’est miser d’abord sur la capacité d’émerveillement des gens, leur curiosité et leur sensibilité, ce qui permet d’ouvrir une porte sur le passage à l’action. C’est une grande fierté de collaborer avec le Barbican, un des plus grands centres d’art d’Europe, qui a choisi le Musée de la civilisation pour faire voyager ce projet exceptionnel, auquel nous avons su ajouter ce qui nous rend unique, au Québec. »

    « Maintenant plus que jamais, il semble essentiel d’apporter des visions d’espoir et de positivité face à l’urgence climatique, déclare Luke Kemp, co-directeur du Barbican Immersive et co-commissaire de l’exposition "Our Time on Earth", Barbican Centre. La collaboration, la connexion et la compréhension sont des éléments clés à cet égard. "Pour Demain/Our Time on Earth" permet non seulement aux visiteurs d’imaginer différentes manières d’exister avec notre planète, mais aussi de la visualiser et de l’embrasser. En collaboration avec l’exceptionnel Musée de la civilisation, cette importante expérience se poursuit et ouvre un nouveau chapitre, avec de nouvelles oeuvres et présentations. Le Barbican est très heureux de présenter à Québec l’exposition coproduite avec le Musée de la civilisation. »

    « "Pour demain" sème une lueur d’espoir pour un avenir meilleur, ce dont nous aurons grandement besoin afin de relever les défis importants qui nous attendent, déclare Emmanuelle Géhin, présidente-directrice générale, RECYC-QUÉBEC. Ce genre de projet contribue non seulement à la cause environnementale, mais il interpelle le spectateur de manière différente, en suscitant des émotions qu’aucun autre médium ne saurait transmettre. Nous saluons la démarche artistique et encourageons les initiatives similaires qui rapprochent le Québec toujours plus près de ses objectifs. »

    « Chez Desjardins, le développement durable fait partie de notre ADN, déclare Joana Dufour, présidente, Caisse Desjardins de Québec. Nous avons mis en place un plan d’action climatique avec l’ambition d’atteindre un bilan zéro émission nette d’ici 2040. Nous avons également pris des engagements fermes en finance responsable qui se traduisent par l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l’ensemble de nos activités, par une offre de produits responsables performants et par des actions concrètes visant le bien-être des communautés pour aujourd’hui. Et "Pour demain" ! »

    Faits saillants :

    • En plus des oeuvres originales provenant de l’exposition « Our Time on Earth » du Barbican, on retrouve une nouvelle oeuvre autochtone locale, conçue spécialement pour cette exposition par Skawennati, artiste multimédia mohawk, intitulée « Les Trois Soeurs : nous réapproprier l’abondance », à la suite d’un appel à création lancé par le Musée de la civilisation. Cette oeuvre évoque comment les peuples autochtones se sont toujours assurés de l’abondance par diverses pratiques et valeurs, comme le fait de ne jamais prendre plus que ce dont ils avaient besoin, afin qu’eux et leurs descendant.es disposent toujours de ressources en abondance.
    • Cinq grands thèmes découpent l’exposition : protection de la biodiversité ; agriculture et alimentation ; consommation ; construction ; énergie/mobilité/transport. Au total et en lien avec ces thèmes, plus de 120 objets liés à des solutions locales développées par des gens d’ici, en plus d’entrevues vidéo avec des personnes impliquées dans l’action climatique, dont Florence Léa Siry, Tommy Bouillon, Marie-Ève Leclerc et Noémie Larouche, complètent le corpus.
    • Tout au long du parcours, l’interactif Quel est ton profil vert ? propose aux visiteur·euses de se choisir un avatar et ouvre le dialogue sur plusieurs stations avec différentes questions liées aux oeuvres présentées ou aux habitudes, de même qu’avec des jeux. En fin de parcours, les visiteur·euses peuvent en savoir plus sur leur profil et connaître des suggestions personnalisées.
    • Le design écoresponsable de l’exposition s’inscrit dans le propos avec des murs en mycélium, des machines distributrices usagées, la récupération de lattes de métal de l’exposition Haïti in extremis, notamment, pour limiter les achats de matériel neuf. Notons également que le transport des oeuvres et du mobilier provenant du Barbican s’est effectué par voie maritime.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Vue sur la Relève a dévoilé sa programmation

    Vue sur la Relève a dévoilé sa programmation

    Suite
    22 avril 2024, 00h30