CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • SUIVEZ-NOUS

    RSS

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    MAI accueille James Gnam avec « entre chien et loup »

    16 mars 2023, 00h05

    James Gnam entre dans un monde « entre chien et loup ». Cette performance tire son nom de l’expression française désignant le moment entre le crépuscule et l’aube, lorsque la lumière est si faible que l’on ne peut distinguer un chien d’un loup. Cette période crépusculaire représente un moment de transformation, où les frontières entre sécurité et incertitude s’estompent.

    MAI accueille James Gnam avec « entre chien et loup » «entre chien et loup». Photo: David Cooper

    Ce projet a pris un nouveau sens lorsque la COVID-19 a été qualifié de pandémie mondiale. Avec le reste du monde, la famille de James Gnam s’est réfugiée chez elle, sur les territoires non cédés de Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh (Vancouver). Au cours des mois suivants, le projet s’est transformé en une pièce solo qui s’inspire des aspects éphémères et poreux de notre mémoire dans la boucle des confinements liés à la pandémie.

    « Notre famille se préparait à partir pour une résidence à Berlin et l’OMS a déclaré que la COVID-19 était une pandémie mondiale, explique James Gnam. Tout s’est arrêté et notre famille s’est enfermée dans notre maison sur la côte ouest. Le solo sur lequel je devais travailler abordait des thèmes liés à la guerre froide et à la théorie de la fin du monde. À bien des égards, c’est une sorte de fin du monde qui s’est produite. Dans les semaines et les saisons qui ont suivi, le travail que je faisais est devenu ma vie. J’avais des conversations avec mes enfants sur la mortalité et l’espoir, l’histoire, la science et la foi. Le temps dans notre petite maison a commencé à s’étendre et à se comprimer comme une pratique de danse de longue durée. »

    Reflétant l’expérience d’une incertitude croissante de l’artiste, en-dehors de la sécurité du chez soi, « entre chien et loup » vit dans des structures où le temps et l’activité s’étendent et s’effondrent, faisant écho aux souvenirs des débuts de la pandémie. James Gnam fait appel au ludisme et au sens de l’imagination que ses enfants lui ont fait redécouvrir pendant le confinement et l’isolement. Cette pièce est née de la matérialité de son expérience de la pandémie, mais elle n’est pas à propos de son expérience de la pandémie.

    Une discussion avec l’artiste suivra la performance du vendredi 31 mars

    « entre chien et loup¢

    • Chorégraphie et performance : James Gnam
    • Regard extérieur : Vanessa Goodman
    • Directrice des répétitions : Natalie LeFebvre Gnam
    • Costumes et décors : James Gnam
    • Conception de l’éclairage : James Proudfoot
    • Conception sonore : Loscil (Scott Morgan)
    • Conception et intégration médiatique : Eric Chad, Dan O’Shea
    • Soutien : Conseil des Arts du Canada, BC Arts Council, la Ville de Vancouver, Shadbolt Centre for the Arts, Left of Main, Lena Artist Residency, ReLocate Collective, Mile Zero Dance, Sawdust Collector, MAI (Montréal, arts interculturels), Lake Studios Berlin

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité

    DERNIERS ARTICLES

    « L’empereur » se conclut sur Noovo le 28 février

    « L’empereur » se conclut sur Noovo le 28 février

    Suite
    23 février 2024, 01h30
    ArtikFest souligne une 2e édition couronnée de succès

    ArtikFest souligne une 2e édition couronnée de succès

    Suite
    23 février 2024, 01h00
    Julie Aubé chante « I Won’t Let Your Love »

    Julie Aubé chante « I Won’t Let Your Love »

    Suite
    23 février 2024, 00h01