Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Walter Bouvais croit qu’il est possible de réparer la terre

    14 décembre 2021, 07h33
         |      Article rédigé par Arnaud Perron-Bouchard.

    Dans le cadre de sa conférence « Réparer la terre : notre défi à tous » présentée à MTL connecte, le cofondateur de Open Lande Walter Bouvais aborde la grande révolution écologique qui s’opérera inévitablement au cours des prochaines années. Voici un compte-rendu de cette discussion fascinante.

    Walter Bouvais croit qu’il est possible de réparer la terre Walter Bouvais.Photo: Florence Pagneux

    La pandémie de la COVID-19 a mis le monde entier en pause et nous a permis de repenser nos industries et notre manière de travailler. Nos indicateurs de richesse ont aussi changé. Auparavant, le PIB était un indicateur très précis du niveau de richesse des habitants d’un pays.

    Maintenant, avec la crise environnementale, plusieurs autres facteurs entrent en compte. Walter Bouvais en relate quelques-uns : « Derrière l’eau, il y a la question du micro plastique qui pollue les océans, les rivières et le cycle de l’eau. Aujourd’hui, dans le corps humain, il y a une quantité de micro plastique qui est estimée à l’équivalent d’une carte bancaire en plastique chaque semaine. Derrière la question de l’air, il y a le CO2 et sa concentration dans l’atmosphère terrestre qui provoque les dérèglements climatiques. L’activité humaine produit des gaz à effets de serre qui provoquent le réchauffement planétaire et des catastrophe climatiques dans tous les pays du monde. Le défi qui nous est posé aujourd’hui sur cette question de l’air et du CO2, c’est de réduire nos émissions d’une manière qui n’a jamais été entreprise par l’humanité jusqu’à présent. La concentration de CO2 dans l’air était de 350 parties par million en 1989. Au moment où je vous parle, cette concentration se situe à 415 parties par million », explique Walter Bouvais.

    Pour faire un virage rapide vers les énergies vertes et ainsi éviter le pire des dérèglements et autres catastrophes climatiques, il faut décarboner l’économie mondiale à un rythme jamais vu. Aujourd’hui, les énergies fossiles (gaz, pétrole et charbon) cumulent 80% de notre consommation mondiale d’énergie. Donc, d’ici 2050, si l’on veut arrêter toutes nos émissions de gaz à effet de serre, nous devons retirer 80% de la quantité d’énergie fossile que nous consommons. Pour y arriver, outre la sobriété énergétique, nous allons devoir remplacer ces énergies polluantes par deux autres types d’énergie, les moins carbonées, comme les énergies renouvelables et les énergies nucléaires.

    Voici quelques exemples d’initiatives qui visent à réparer la terre :

    La compagnie Patagonia, qui conçoit des vêtements de sport, propose une garantie à vie sur ceux-ci. En envoyant un vêtement endommagé se faire réparer, cela créer des dizaines d’emplois et prolonge la durée de vie de l’objet.

    Le fabriquant de tapis Interface travaille depuis 25 ans à révolutionner son processus industriel. Il réfléchit à un moyen pour que les tapis absorbent du CO2. Interface ne fait pas que réduire son empreinte écologique, elle redonne également à la terre.

    L’artiste français Jérémy Gobé a une fascination pour les coraux. Il a repéré une entreprise qui fabrique de la dentelle traditionnelle selon la technique du point d’esprit. En observant la forme de cette dentelle, il s’est rendu compte qu’elle avait la même forme que certains coraux. Il a donc proposé à cette entreprise de fabriquer une structure en coton biodégradable pour y déposer de jeunes coraux et ainsi voir s’ils s’accrochent, grandissent et se multiplient. Une expérience concluante a été menée dans les Philippines, qui contribue à reconstruire les récifs coralliens.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité