CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • Marketing
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d’experts
  • Exclusifs
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Apprendre les sciences par le jeu «Slice Fractions». Photo: Ululab

    Apprendre les sciences par le jeu

    26 mai 2020, 07h40
         |     

    Les jeux vidéo et simulations favorisent davantage l’apprentissage des sciences qu’un enseignement conventionnel, démontre une étude. Le jeu « Mécanika », créé par François Boucher-Genesse, Patrice Potvin et Martin Riopel, permet d’apprendre les rudiments de la physique.

    Qui a dit qu’enseigner les sciences devait être ennuyant ? Une méta-analyse de 79 études réalisées dans les écoles primaires, secondaires et postsecondaires à travers le monde démontre que les jeux sérieux – jeu vidéo éducatif, simulation d’expérience scientifique sur ordinateur – favorisent l’apprentissage davantage qu’un enseignement conventionnel.

    Publiée dans la revue Studies in Science Education, la méta-analyse a été effectuée par les professeurs du Département de didactique Martin Riopel, Patrice Potvin, Pierre Chastenay, Patrick Charland et Steve Masson ainsi que par les doctorants Lucian Nenciovici et Jérémie Blanchette Sarrazin. Les chercheurs sont regroupés au sein de l’équipe de recherche en éducation scientifique et technologique (EREST). « Les sciences se prêtent bien aux simulations et aux jeux vidéo, affirme Martin Riopel. Elles permettent de produire des modèles et de créer des univers que l’on peut explorer de manière réaliste ou schématique. »

    Plus marqué au secondaire

    L’étude démontre que l’effet des jeux sérieux est plus important à l’école secondaire qu’au primaire ou au postsecondaire. « Cette découverte est étonnante, puisqu’on pourrait s’attendre à ce que l’impact soit plus grand chez les plus jeunes », mentionne le professeur.

    La durée du jeu – plus le jeu est court, plus l’effet est grand – et le sentiment de contrôle de l’usager ont aussi un impact déterminant sur l’apprentissage. D’autres facteurs comme l’interactivité, le niveau de réalisme et le domaine du jeu – physique, chimie, biologie, mathématiques – semblent avoir un effet, mais moins significatif.

    Des jeux dans plusieurs domaines

    Plusieurs chercheurs issus de la Faculté des sciences de l’éducation ont lancé des jeux éducatifs en lien avec les sciences au cours des dernières années. On pense à l’application « Slice Fractions » l’apprentissage des mathématiques, développée par Jean-Guillaume Dumont (B.A. communication, 2006 ; B.Ed. éducation préscolaire et enseignement primaire, 2010 ; M.A. éducation, 2012) et François Boucher-Genesse (M.A éducation, 2012) ; au jeu « Mécanika » les rudiments de la physique, créé par François Boucher-Genesse, Martin Riopel et Patrice Potvin ; ou encore au jeu d’identification des oiseaux, des papillons et des constellations, développé par Martin Riopel. « Une équipe de chercheurs de l’EREST travaille présentement sur un jeu lié aux écosystèmes aquatiques », souligne Martin Riopel.

    Le chercheur souhaite que la méta-analyse convainque davantage d’enseignants des sciences d’intégrer les jeux sérieux dans leurs salles de classe. « Avec des interventions courtes, de l’interactivité et un sentiment de contrôle sur le jeu, il est certainement possible d’apprendre tout en s’amusant. »

    Texte : Jean-François Ducharme. Rédacteur pour le site Actualités UQAM, Jean-François Ducharme est détenteur d’un baccalauréat en éducation et d’un baccalauréat en journalisme. Il travaille au Service des communications depuis 2006.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Startup Montréal devient Québec Tech

    Startup Montréal devient Québec Tech

    Suite
    11 juillet 2024, 00h30