Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    « Bygones » : l’architecture spectrale en danse avec l’Out Innerspace Dance Theatre

    29 novembre 2019, 01h05
         |      Article rédigé par Yves Tremblay.

    Coproduction entre l’Agora de la danse de Montréal, La Rotonde et Dance Victoria, l’Out Innerspace Dance Theatre (OIS) de Vancouver présente une inédite pièce multimédia, « Bygones », solidement axée autour d’un éclairage innovateur pour 5 danseurs, à l’Agora de la danse jusqu’au 30 novembre. Il s’agit d’une série de tableaux inspirés par divers sons, bruits ou musiques et une panoplie d’espaces d’éclairages formant une architecture spectrale, auxquels se greffent des techniques marionnettiques et d’accomplis interprètes.

    « Bygones » : l’architecture spectrale en danse avec l’Out Innerspace Dance Theatre «Bygone».Photo: David Raymond

    Rencontrant le public après une représentation, les deux cofondateurs du OIS, chorégraphes et interprètes, Tiffany Tregarthen et David Raymond nous parlent de leur point de départ et du processus de création. « On a beaucoup visionné de films, David et moi, et on s’inspire de personnages hantés par le passé, mais désirant ardemment un futur, confie Tiffany Tregarthen. On s’est également inspiré de certains mouvements de caméra du septième art, un peu dans la suite de notre oeuvre précédente, "Major Motion Picture", qui comportait des projections vidéo proprement dites. » Elle poursuit : « On a quand même travaillé depuis 3 ans en conception vidéo avec Eric Chad, et on n’avait aucune idée au départ de ce qu’on voulait construire, mais la lumière est devenue architecture. »

    Les références au temps sont abordées sans narration préconçue nous apprend-elle également, bien qu’il en découle une finalement, comme s’il n’y avait pas de frontières entre le passé et le présent, « pas rationnel » comme dans le monde onirique. Elle rajoute : « Il s’agit d’un temps sur la ligne du réveil. On peut aussi le concevoir comme un sens "interne" du temps, ou même un temps cosmique. »

    David Raymond quant à lui parle ainsi de la conception sonore, elle aussi précise et percutante : « Nous avons amassé une grande quantité de sons, en plus de certaines pièces de musique qui se retrouvent comme au centre de gravité de tout le projet, et dans lesquelles nous nous sommes immergés. D’autres pièces viennent d’une sorte de collection qu’on a jointe. J’en ai personnellement recueilli une bonne partie, ainsi que Kate De Lorme, qui signe d’ailleurs la conception sonore. » Il décrit l’évolution de la création : « Durant le processus d’intégration des divers éléments, nous avancions et reculions, alternant le travail en théâtre et en studio. Le processus de développer du matériel à partir des concepts initiaux du spectacle générait parallèlement de nouvelles façons de faire comme placer divers éléments de design visuel au spectacle. Une autre partie de ce processus a été effectuée avec Eric Chad (conception vidéo) avec qui j’ai partagé et tenté d’intégrer les idées d’éclairage de James Proudfoot. L’ensemble contribue à créer ce monde scénique. »

    Le processus de création aura enfin bénéficié de captures vidéo ainsi que de remplacements d’interprètes par le biais d’apprentis (Aidan Cass et Zahra Shahab), des gradués des classes de danse avec Modus Operandi, qu’offre OIS en enseignement post-secondaire.

    Tiffany Tregarthen confie finalement : « Un des grands défis de "Bygones" réside dans le fait que le spectacle est tout nouveau, et qu’on doit s’adapter à chaque salle. On ressent une impression de première dans chaque lieu, du fait de la grande précision d’exécution requise, mais aussi de tout ce qui se passe derrière la scène. En outre, chaque salle comporte un air différent et la brume artificielle fonctionne de façon variable, ce qui rend difficile d’obtenir une certaine constance dans notre travail, mais nous restons dans un certain espace où la magie et l’illusion opèrent. Nous assumons tous les risques impliqués ici, car nous croyons que les résultats en valent la peine. »

    « Bygone »

    • Compagnie : Out Innerspace Dance Theatre
    • Chorégraphie et interprétation : David Raymond, Tiffany Tregarthen
    • Interprétation : Elya Grant, David Harvey, Renée Sigouin
    • Artiste visuel : Lyle Reimer (LyleXOX)
    • Conception sonore : Kate De Lorme
    • Lumières : James Proudfoot

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité