Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    CONVERGENCE no 58

    9 juillet 2009, 01h21
         |      Article rédigé par Steeve Laprise.
    CONVERGENCE no 58


    INTERACTIF
    Guitar Hero Smash Hits, un jeu attendu de la planète entière réalisé par Beenox
    Le 16 juin était le Jour J pour Paul Gadbois, producteur chez Beenox. Le bébé qu’il porte à bout de bras depuis plus d’un an voit officiellement le jour. Et pas n’importe quel bébé ! Guitar Hero Smash Hits est attendu de millions d’amateurs de la série Guitar Hero. Ce nouveau jeu réalisé dans les studios de l’entreprise de Québec a été tout un défi pour Beenox. Alexandre Desrosiers, directeur artistique d’un des projets les plus importants de l’année du studio de développement de jeux vidéo de Québec raconte au Lien MULTIMÉDIA comment cet immense défi a été pour lui un pari sur sa passion.
    Le studio de design Toast grandit malgré la crise
    En passant de quatre à sept employés, le studio de design Toast veut se permettre une stratégie de développement des affaires plus agressive. Anciennement connu sous le nom Infivia, le studio veut partir à la recherche de nouveaux clients. « Nous avons toujours été un peu sous le radar parce que nos clients entendaient parler de nous par le bouche-à-oreille, explique Alexandre Gravel, associé principal chez Toast. Les derniers mandats que nous avons eus prouvent nos capacités et facilitent le développement d’affaires. Nous voulons donc être un peu plus agressifs et profiter de l’arrivée de nos nouveaux employés pour trouver de nouvelles occasions d’affaires. »
    Clara Shih : Utiliser Facebook pour les ventes et le marketing
    Créatrice de la première application Facebook pour le domaine des affaires, auteure et conférencière recherchée, Clara Shih aurait aussi pu être mannequin. La magnifique jeune femme originaire de Hong-Kong croit fermement que Facebook peut et doit être utilisé par les entreprises. Lors de sa présentation au Webcom 2009, elle en a profité pour faire la promotion de son livre, The Facebook Era, un ouvrage qui ne porte pas seulement sur le fameux réseau social, mais sur le Web 2.0 de façon plus large.
    Sylvain Grand’Maison : chacun cherche sa niche
    Les temps sont difficiles, surtout pour les entreprises généralistes, estime Sylvain Grand’Maison, stratège en médias sociaux et producteur de contenu Web. Lors d’une conférence ayant pour titre « Le paradoxe de la niche d’affaires », le fondateur de Fono donne l’exemple de Chrysler, connue pour ses voitures chères, pas hybrides, pas durables, pas belles... juste chères. Chrysler, on le sait, ne tire par très bien son épingle du jeu ces temps-ci. Par contre, Volkswagen a acheté Bugatti, dont les bolides valent au bas mot 2 millions $, sans les frais de livraison. Ces voitures de grand luxe trouvent preneurs. Ça c’est de la niche !
    NVI se positionne comme une boîte de stratégie interactive
    Pour NVI, un site Web n’est pas un produit, mais plutôt un service. « On voit un site comme un service qui se bâtit sur le long terme, explique Nicolas Cossette, directeur des ventes et de la communication chez NVI. Le Web est quelque chose de vivant, qui change constamment. On préfère avoir une approche flexible avec les clients pour développer une relation qui nous permettra de faire un suivi sur le projet. C’est ce qui explique qu’on est capable d’obtenir de bons résultats. » Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Nicolas Cossette dans les locaux de NVI Solutions.
    Michel A. Solis donne des conseils en arbitrage et bonnes pratiques en TI
    Avocat spécialisé en technologies de l’information depuis maintenant 20 ans, Me Michel A. Solis a, depuis peu, une nouvelle corde à son arc : arbitre agréé de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Son cabinet, Solis Juritech, traite, entre autres, les dossiers en informatique, Internet, média et communication, propriété intellectuelle, télécommunications, brevets et marques de commerce. Le juriste a accordé une entrevue avec Le Lien MULTIMÉDIA, abordant les questions d’arbitrage et de bonnes pratiques dans l’industrie du multimédia et des TI..
    Sylvain Paillard (Guidyu) : l’intelligence artificielle pour améliorer l’expérience de l’utilisateur
    Attirer des surfeurs sur son site Web est une chose, mais les retenir et en faire des convertis en est une autre. Pour que le simple visiteur se transforme en acheteur, il faut s’assurer que l’expérience de l’utilisateur sur son site soit la plus efficace possible. « Un client content de son expérience est un utilisateur qui va interagir davantage avec notre site Web et qui va plus utiliser nos services, explique Sylvain Paillard de Guidyu. On parle souvent de CRM, mais la véritable clé du succès de nos actions en ligne se trouve plutôt du côté du CEM (Customer Experience Management). » Sylvain Paillard a donné une conférence au dernier Webcom.
    L’avenir de l’industrie de l’hébergement selon Éric Chouinard
    Éric Chouinard, un des fondateurs d’iWeb, espère que le succès de son entreprise saura inspirer d’autres Québécois à innover et à créer de la richesse. « Il faut que les gens d’ici se rendent compte que l’on a tout ce qu’il faut, au Québec, pour faire notre marque », explique-t-il. L’entreprise se concentre principalement sur la furniture de services d’hébergement simplifiés pour ses clients afin que ceux-ci puissent focaliser sur leur propre mission d’affaires. Le Web a bien changé depuis la fondation d’iWeb et le fournisseur d’infrastructure se trouve en bonne position pour voir les tendances venir. Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Éric Chouinard dans son bureau à l’Île des Soeurs.
    Nokia compte placer la géolocalisation sociale au coeur de sa boutique de contenu OVI Store
    Lors d’une allocution au MIPTV, le marché international des programmes à Cannes, Niklas Savanter, vice-président directeur - Services chez Nokia, a démontré que le quatrième écran (le mobile) a beau être le dernier venu, son taux de pénétration croît si rapidement qu’il dépasse en nombre que les trois autres écrans réunis (le cinéma, le téléviseur et l’ordinateur personnel). À l’heure actuelle, il y aurait dans le monde deux fois plus de mobiles que des trois autres médias réunis. Sur la planète, six personnes sur 10 posséderaient un téléphone mobile, selon les données rapportées par Nokia. Bien qu’à peine 10 % des 4,1 milliards de téléphones cellulaires en circulation dans le monde peuvent afficher des contenus audiovisuels, Niklas Savanter est convaincu que la prochaine révolution dans l’industrie de la télé sera mobile. Nokia compte bien en profiter avec l’ouverture prochaine de son l’OVI Store.
    Yahoo ! compte connecter Internet à des millions de téléviseurs
    Alors que les modèles d’affaires en place dans l’industrie de la publicité et de la télévision sont ébranlés par les frasques de l’économie, Yahoo ! multiplie les partenariats avec les fabricants de téléviseurs afin d’installer son application qui permettra le visionnement, à l’écran d’un téléviseur, de contenus audiovisuels stockés sur Internet. Patrick Barry, VP Connected TV chez Yahoo ! a discuté de convergence technologique devant les participants venus l’entendre au MIPTV, le marché international des programmes de télévision, à Cannes.
    Anne-Marie Pelletier, chef d’équipe en assurance qualité chez Eidos Montréal
    L’assurance qualité est souvent perçue comme une tâche ingrate dans l’industrie du jeu vidéo, mais elle revêt une importance capitale dans le développement des titres et comme principale porte d’entrée dans l’industrie. Pour dénombrer les dizaines de défauts d’un jeu avant sa sortie, une véritable chaîne de testeurs doit effectuer des centaines d’heures de test pour dénicher le plus de bogues possible. Une partie de l’organisation de ce travail colossal revient à la chef d’équipe en assurance qualité (QA) qui doit voir à ce que tous les aspects du jeu aient été testés. Anne-Marie Pelletier tient ce poste dans le studio d’Eidos-Montréal. Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontrée.
    Jean-Frédéric Vachon, directeur technique de l’audio chez A2M
    Malgré son titre, le travail de Jean-Frédéric Vachon comporte une large part de développement artistique. Il est le responsable de la direction que l’audio doit prendre dans un projet de jeu vidéo. « Il faut que je pense aux résultats que l’on veut obtenir et comment on va faire pour les produire, explique-t-il. Je supervise les projets au plan sonore, que ce soit dans la création des sons ou de la musique et j’agis comme conseiller auprès des équipes lorsqu’elles ont des problèmes d’ordre technique. » Un travail qui demande de connaître tous les aspects de la production et d’être capable de parler le même langage que les musiciens.
    CINÉ-TÉLÉ-ANIMATION
    Fantasia : le festival d’une nouvelle génération de cinéphiles
    Le succès du festival Fantasia n’est plus à démontrer. Trois semaines de films de genre présentés devant des salles remplies à craquer, des cinéphiles faisant la queue pendant des heures pour obtenir des billets afin de voir le dernier film de leur cinéaste préféré, des réalisateurs comblés qui viennent vivre leur heure de gloire sous les applaudissements nourris du public montréalais, toutes ces scènes sont familières à Pierre Corbeil, fondateur et président de Fantasia. En 13 ans, le festival est passé du statut de petit événement à celui du plus grand festival de films de genre en Amérique du Nord, encensé par la presse locale et internationale. Une réalité qui ne se reflète pas dans le financement qui lui est accordé, malgré le cri d’alarme lancé par le festival l’an dernier. Un manque à gagner qui pourrait faire mal dans le futur. Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Pierre Corbeil à la veille de l’édition 2009 du festival.
    Michel Houellebecq et la possibilité d’un film
    Premier long métrage du romancier Michel Houellebecq, La Possibilité d’une île fait sa sortie sur les écrans nord-américains dans le cadre de Fantasia, un an après sa diffusion en France. Disons-le toute de suite, le film n’a pas trouvé son public en France et les critiques l’ont démoli. Houellebecq ne semble pas s’en être formalisé. En tout cas, il n’en dira rien pendant l’entrevue qu’il a accordée au Lien MULTIMÉDIA. L’auteur des romans Les Particules élémentaires et Plateforme n’est pourtant pas étranger au cinéma.
    Robin Aubert présente un film improvisé à Fantasia
    À quelle heure le train pour nulle part est le dernier film de Robin Aubert. Cinéaste connu pour sa participation à la Course Destination Monde en 1988 et son dernier long métrage Saint-Martyr-des-Damnés (2005), il nous propose cette fois un film qui tient plus de l’exploration cinématographique. Ayant tourné en Inde avec 20 000 $ en poche, c’est dans la précarité et au fil des rencontres que le réalisateur et son équipe (un comédien, un directeur artistique et une preneuse de son) ont construit leur film. Présentement en tournage de son prochain film, Robin Aubert a tout de même pris le temps de nous expliquer sa démarche.
    Jean Mach et Nicolas Alberny réalisent 8th Wonderland à quatre mains
    Imaginez un pays complètement virtuel, où tous les habitants auraient droit de parole sur chaque action entreprise, tentant de construire une société équitable. Ce pays, Jean Mach et Nicolas Alberny, deux jeunes cinéastes français, l’ont construit sur pellicule et l’ont baptisé « 8th Wonderland ». Le résultat est un fascinant chassé-croisé entre le monde réel et le monde virtuel, entre la cupidité, l’information-spectacle et les notions de justice et de liberté. Les deux réalisateurs ont répondu aux questions du Lien MULTIMÉDIA, racontant leur travail en duo.
    Steeve Léonard et Caroline Labrèche sont Sans dessein
    Premier long métrage de la boîte indépendante Dead Cat Films, Sans dessein est un film drôle, absurde, sympathique. Ses défauts sont largement effacés par ses qualités. Il y a du travail, de la détermination et beaucoup d’amitiés dans cette production complètement indépendante, signée Steeve Léonard et Caroline Labrèche. Avec un budget d’à peu près 15 000 $ et un travail de deux longues années, le couple de jeunes cinéastes présente leur premier long métrage. Le Lien MULTIMÉDIA les a rencontrés.
    Le réalisateur ontarien Simon Ennis expose son premier long métrage à Fantasia
    Pour tout le monde, le personnage de Robert M. Mutt incarne un parfait perdant. Pour Simon Ennis, le réalisateur de YOU MIGHT AS WELL LIVE dans lequel Robert Mutt évolue, ce n’est pas le cas. « Au fond de moi, je sais qu’il n’est pas un perdant, explique le réalisateur au bout du fil. Il a de bonnes intentions et, même s’il faut admettre que ce n’est pas la personne la plus intelligente du monde, il demeure vraiment un bon gars. Pour moi, ses échecs permettent plutôt de mettre en évidence à quel point les gens sont capables de méchanceté. » YOU MIGHT AS WELL LIVE sera projeté lors du festival Fantasia.
    ELECTRONIKA
    Jahcoozi - Machine cosmopolite
    Jahcoozi, c’est l’éclatement des frontières en trois temps : la Britannique d’origine sri lankaise Sasha Perera, l’Israelien Oren Gerlitz et l’Allemand Robot Koch se rencontrent à Berlin. Le trio, installé dans la capitale allemande, évolue en Europe depuis 2002. Après un premier album en 2005, Pure Breed Mongrel, c’est en 2007 qu’il marque profondément le monde électro et les planchers de danse, avec Blits N’ Ass, son second opus. De passage à Montréal pour Mutek, Jahcoozi a rencontré Convergence. Sous cette musique complexe et inclassable, mêlant hip hop, électro, ragga et même quelques notes de punk, se cache un trio de créateurs aussi riche que sa musique en complexité et en contradictions.
    Appleblim - Dubstep sans frontières
    Lors d’une soirée rave, le jeune musicien et amateur de musique Laurie Osborne crache accidentellement un morceau de pomme sur un DJ... Un ami fait de cette scène une bande dessinée, et baptise le personnage cracheur The Appleblim. Une douzaine d’années plus tard, c’est maintenant Appleblim qui fait vibrer la scène dubstep anglaise. Le Lien MULTIMÉDIA / CONVERGENCE a rencontré l’artiste échantillonneur qui, en pleine tournée nord-américaine, était de passage à Montréal pour ouvrir la soirée Bass Exponential le 28 mai dernier à Mutek 10. Photo : Mutek / Miguel Legault
    dOP, l’heureuse association entre l’énergie du swing et l’électronique
    À plusieurs égards, dOP fait penser à ses compatriotes français Nôze, avec qui ils ont collaboré sur plusieurs titres, et aussi exploré en studio et en spectacle. Mêlant allègrement poésie, swing, house classique ou minimale, le trio parisien sur étiquette allemande (principalement Milnormodern Records) carbure depuis 2007 à une tech-house qui intègre des éléments blues, jazz, beaucoup de piano et presque toujours son chanteur soul, à la voix douce et perchée, d’expression anglophone. Un cocktail explosif qui donne des spectacles enflammés.
    Carl Craig - Les sources d’une légende
    Le DJ producteur américain Carl Craig a eu 40 ans le 22 mai dernier. Considéré comme le plus prolifique et le plus créatif des djs de la deuxième vague de Détroit, Craig n’a jamais délaissé, en 22 ans de production, ses racines musicales, tant dans son matériel techno que dans le volet plus jazz de ses expérimentations. Et c’est dans un esprit de retour aux sources qu’il traverse cette année anniversaire. Quelques heures avant de donner une performance mémorable au Nocturne 4 de Mutek, Carl Craig parle au Lien MULTIMÉDIA / CONVERGENCE de sa musique, de sa ville, de son retour au Detroit Electronic Music Festival et de son projet à paraître avec le légendaire collectif Tribe.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité