Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Catherine Gaudet prévoit « Se dissoudre » à l’Agora de la danse du 11 au 15 mai

    20 avril 2021, 00h10

    Lentement, se dissoudre. Non pas disparaître, mais s’additionner, se multiplier, s’amalgamer. Comme le sucre dans un thé. Là où le temps se dilate, la consistance des heures est si légère, prise en étau entre un passé révolu et un futur incertain. Délicatement, l’interprète Marie-Philippe Santerre danse cette trajectoire inconnue, ciselée, faite de contrastes, de modulations, de répétitions, de pulsations.

    Catherine Gaudet prévoit « Se dissoudre » à l’Agora de la danse du 11 au 15 mai «Se dissoudre».Photo: Mathieu Verreault

    Comme la tige d’une plante qui s’élance par à coups et tourne plusieurs fois sur elle-même pour atteindre sa maturité. Elle consent à l’attente. En observe les bienfaits. Perçoit sa propre transformation. Face à elle-même, si bien ancrée, quand le bruit se tait, elle contient l’essentiel. Elle est tous les possibles.

    Après « L’affadissement du merveilleux », qui avait marqué les esprits des spectateurs de l’Agora de la danse en 2018, la chorégraphe québecoise Catherine Gaudet poursuit sa recherche sur l’ambiguïté comme vecteur de sensation et d’évocation. Avec finesse, elle fait émerger du fond des êtres, ce qui nous compose, dans notre dureté, notre complexité, notre simplicité. Le corps se fait écran tendu, prêt à accueillir les images, les impressions et les sensations qui font de nous ce que nous sommes, dans tout ce que nous contenons d’avouable et d’inavouable. Entre le flottement et la suspension, individuellement et collectivement, nous sommes l’écran de projection d’un film dont nous sommes aussi l’acteur.

    Catherine Gaudet jauge une réalité insaisissable, s’intéresse à l’indiscernable et fait du corps le lieu de résonance des sensations contradictoires qui grondent sous la chair. Elle développe un univers fait de métamorphoses fluctuantes et innombrables où les êtres, voués à de perpétuelles mutations, rendent visible le vertige de la descente en soi. Traversés et traversant, ces êtres s’entrecroisent, s’absorbent, se détachent, troublent l’espace qu’ils modèlent et dont ils s’extraient. Sous le regard du spectateur, l’identité se stratifie, prolifère, se dissipe, réapparait. Étrange quoique familier, ce corps ambigu rappelle la trajectoire sinueuse de l’être-au-monde.

    « Se dissoudre »

    • Chorégraphie : Catherine Gaudet
    • Interprétation : Marie-Philippe Santerre
    • Direction des répétitions et conseil dramaturgique : Sophie Michaud
    • Conception sonore : Antoine Berthiaume
    • Lumières : Alexandre Pilon-Guay
    • Scénographie et costumes : Justine Bernier-Blanchette
    • Direction de production : Elsa Posnic
    • Pour plus d’informations
    • Billetterie : 514-525-1500

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité