Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    La Cinémathèque québécoise propose un cycle d’incontournables du cinéma du 1er juillet au 31 août

    1er juillet 2022, 00h00

    La Cinémathèque québécoise s’attaque aux incontournables du cinéma pour son cycle estival  ! Du 1er juillet au 31 août, le public pourra voir ou revoir de grands classiques du cinéma — de 1916 à 1960 — sur grand écran.

    La Cinémathèque québécoise propose un cycle d’incontournables du cinéma du 1er juillet au 31 août Les incontournables.Photo: Visuel (portion)

    Cette plongée dans le 20e siècle à travers quatre-vingts films débute avec l’avènement du long métrage de fiction (« Nosferatu », « Le cabinet du docteur Caligari ») et se termine avec l’émergence des nouveaux cinémas (« Le voleur de bicyclette », « Les enfants du paradis », « Rashomon ») et de la Nouvelle Vague (« La pointe courte », « À bout de souffle »).

    Dresser des listes est une activité dont sont friands les cinéphiles. Tous les ans, ce même rituel : compilation des dix meilleurs films, avec analyses comparées, débats et discussions enflammées. «  Mais qu’en est-il de la liste ultime des films les plus marquants de l’histoire du cinéma  ? C’est-à-dire ces films qu’il faut avoir vus, ceux qui ont transformé à jamais l’art du cinéma, mais aussi notre manière de voir une culture, d’appréhender le monde autant que sa propre vie  ? Ce programme fait le pari de répondre en partie à ce défi avec près de quatre-vingts films, en attendant vos listes  », mentionne le directeur général de la Cinémathèque, Marcel Jean.

    Parmi la riche programmation, des oeuvres des pionniers David Wark Griffith, « Intolerance » (1916) et Buster Keaton, « The General » (1926). Aussi, de grands classiques du cinéma muet tels que les films d’horreur « Le cabinet du docteur Caligari » de Robert Wiene (1920), « Nosferatu » de Friedrich Wilhelm « Murnau » (1922) et « Le fantôme de l’Opéra » de Rupert Julian (1925), le drame fantastique « La charrette fantôme » de Victor Sjöström (1921), le drame historique « Le cuirassé Potemkine » de Sergueï Eisenstein (1925) et le film de science-fiction « Metropolis » de Fritz Lang (1927).

    Plusieurs chefs-d’oeuvre sur du septième art s’y trouvent dont « Citizen Kane » d’Orson Welles (1941), considéré par plusieurs comme le meilleur film de l’histoire du cinéma, les grands drames romantiques « Gone With The Wind » de Victor Fleming (1939) et « Casablanca » de Michael Curtiz (1942), l’emblème du cinéma néo-réaliste italien « Le voleur de bicyclette » de Vittorio de Sica (1948), ainsi que « Les 400 coups » de François Truffaut (1959) et « À bout de souffle » de Jean-Luc Godard (1960), oeuvres phares de la Nouvelle Vague.

    Évidemment, les grands cinéastes comme Charlie Chaplin, avec « City Lights » (1931), « Modern Times » (1936) et « Limelight » (1952), ainsi qu’Alfred Hitchcock, avec « Rear Window » (1954) et « Vertigo » (1958), ont une place de choix dans cette programmation. Sans oublier les prolifiques réalisateurs de la période classique d’Hollywood, Howard Hawks, « Scarface » (1932), « Bringing Up Baby » (1938) et « The Big Sleep » (1946), et John Ford, « Stagecoach » (1939) et « Grapes of Wrath » (1940), ainsi que les réalisateurs du réalisme poétique français René Clair, « La beauté du diable » (1950), Marcel Carné, « Quai des brumes » (1938) et « Les enfants du paradis » (1945), Jean Renoir, « La règle du jeu » (1939) et Jacques Becker, « Montparnasse 19 » (1958). Ajoutons l’un des cinéastes japonais le plus influents de l’histoire, Akira Kurosawa avec « Rashomon » (1950) et « Ikiru » (1952).

    Notons aussi une présence féminine au sein de ce cycle avec les oeuvres de dix réalisatrices : Lois Weber, pionnière du cinéma muet, avec « Shoes » (1916), Germaine Dulac avec « La souriante Madame Beudet » (1923), Dorothy Arzner, première réalisatrice de l’âge d’or d’Hollywood avec « The Wild Party » (1929) ; l’Allemande Lotte Reiniger avec « Les aventures du Prince Ahmed » (1926), considéré comme le tout premier long métrage d’animation ; Maya Deren, personnalité majeure du cinéma expérimental américain des années 40 avec le court métrage « Meshes of the afternoon » (1943) ; Nicole Védrès avec « Paris 1900 » (1948), documentaire historique sur le Paris d’avant-guerre ; Ida Lupino, artiste féministe et avant-gardiste qui traitera de nombreux sujets tabous au cinéma, avec « The Bigamist » (1953) ; Kinoyo Tanaka, première femme japonaise de l’après-guerre à passer derrière la caméra, avec « The Wandering Princess » (1960) ; Agnès Varda, artiste multidisciplinaire et seule réalisatrice de la Nouvelle Vague française, avec « La pointe courte » (1954) et Shirley Clarke, figure majeure du cinéma d’avant-garde américain, avec « Skyscraper » (1959). Soulignons également la présentation du western féministe « Johnny Guitar » de Nicholas Ray (1954).

    Les incontournables

    • La rencontre des classiques du cinéma de 1916 à 1960
    • Du 1er juillet au 31 août 2022
    • À la Cinémathèque québécoise
    • Billets en vente dès maintenant au cinematheque.qc.ca

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité