Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Le Festival BD de Montréal dévoile les lauréats de la 22e édition des Prix Bédélys

    30 mai 2021, 16h15

    Le FBDM présentait à la fois sa 10e fin de semaine festive célébrant la BD, et la 22e remise des prix Bédélys. Ces derniers saluent les efforts des artistes d’ici et d’ailleurs qui élèvent cet art vers de nouveaux sommets.

    Le Festival BD de Montréal dévoile les lauréats de la 22e édition des Prix Bédélys Trophées.Photo: Karl Dupéré-Richer

    La soirée de remise se voulait d’ailleurs leur première véritable soirée de rencontre de l’année pour la communauté BD qui a été fortement ébranlée – à l’instar de tant d’autres – par la longue situation de confinement. C’est avec plaisir qu’ils les ont retrouvé·e·s le vendredi 28 mai.

    Ce sont pas moins de 29 titres qui étaient en lice pour ces 22e prix Bédélys, remis dans cinq catégories officielles, en plus d’un trophée hommage décerné en cours de soirée. Voici les bandes dessinées lauréates :

    Prix Bédélys étranger : « Peau d’homme » de Hubert et Zanzim (Glénat)

    Prix Bédélys étranger, saluant la meilleure bande dessinée en langue française publiée hors Québec. Le prix fut dévoilé par la booktubeuse Evelyne Biz.

    Mot du jury : Sous le prétexte d’un conte merveilleux et espiègle, Hubert aborde plusieurs thèmes intemporels que sont les relations amoureuses, les moeurs et la quête de soi, mais aussi d’autres particulièrement d’actualité telles l’identité de genre et l’égalité entre femmes et hommes (...) Un récit irrévérencieux, foisonnant, peuplé d’une galerie de personnages archétypaux, qui donne autant à réfléchir qu’il peut faire rigoler et même pleurer.

    Une mention spéciale fut accordée pour « Pucelle 1 : Débutante » (Dargaud), de Florence Dupré la Tour.

    Prix Bédélys jeunesse : « Sacrées sorcières » de Pénélope Bagieu (Gallimard)

    Prix Bédélys jeunesse, saluant la meilleure bande dessinée en langue française pour les 7-14 ans. Le jury est d’ailleurs composé de jeunes lectrices et lecteurs âgés entre 7 et 14 ans, en collaboration avec trois bibliothèques du réseau montréalais. Le prix fut dévoilé par Marguerite Hamel, membre du jury.

    Mot du jury : Les juré·e·s ont apprécié l’histoire qui met en scène des jeunes auxquel·le·s ils et elles peuvent s’identifier. Le personnage de la mamie a aussi retenu leur attention : un peu fofolle et pas du tout « politically correct » (...) En ce qui concerne le travail d’illustration, les membres du jury ont adoré le défilement non linéaire des cases (...) Le choix de couleur a aussi été relevé comme un élément positif : même si l’histoire fait franchement peur, la coloration la rend moins dramatique. Par contre, tous ont été unanimes : la grandissime sorcière est vraiment effrayante !

    Prix Bédélys indépendant francophone : « Boumeries 10 » de Boum

    Prix Bédélys indépendant francophone, saluant la meilleure bande dessinée francophone autoéditée. Le prix fut dévoilé par le bédéiste Frederic-Vivianne Auln (Hillerød), et est assorti d’une bourse de 1000 $ et d’une table à partager lors du 11e FBDM en 2022.

    Mot du jury : Le dixième volume de « Boumeries » conclut la série avec un constat gracieux du chemin parcouru, une famille aimante, la communauté de bande dessinée québécoise en essor, les amitiés qui viennent agrémenter la vie et la route vers les toilettes de notre imaginaire. Ce qui frappe de cette finale est la finesse des formes, le maniérisme des gags et l’habileté avec la forme du « strip » qui s’est forgée au fil des années. La fin de « Boumeries » est représentative de tout ce qu’on pouvait espérer pour l’artiste.

    Prix Bédélys indépendant anglophone : « Hi, Stranger » d’Anouk

    Prix Bédélys indépendant anglophone, saluant la meilleure bande dessinée anglophone autoéditée. Le prix fut dévoilé par Alyssa Favreau de McGill-Queen’s University Press, et est assorti d’une bourse de 1000 $ et d’une table à partager lors du 11e FBDM en 2022.

    Mot du jury : En quelques pages sans dialogue, « Hi, Stranger » raconte l’histoire d’un intermède érotique entre deux nouvelles connaissances. Après une rencontre fortuite dans le métro, cette bande dessinée richement détaillée et savamment rythmée suit le couple du premier regard à la conclusion étonnamment charmante.

    Prix Bédélys Québec : « Temps libre » de Mélanie Leclerc (Mécanique générale)

    Prix Bédélys Québec, saluant la meilleure bande dessinée produite par un·e artiste établi·e au Québec et publiée par une maison d’édition québécoise. Le prix fut dévoilé par le bédéiste Samuel Cantin (Whitehorse), et est assorti d’une bourse de 1000 $ offerte par la librairie Planète BD.

    Mot du jury : C’est l’universalité des thèmes et la complexité des émotions explorées dans « Temps libre » qui ont à la fois conquis et chamboulé les membres du jury cette année. Mélanie Leclerc, dans cette deuxième bande dessinée, fait plus qu’aborder des enjeux profonds comme le rêve, la mémoire et le temps qui fuit ; elle les anime avec justesse et nuance. (...) Les discussions et débats autour de l’oeuvre de Mélanie Leclerc auraient pu continuer pendant des heures, mais il est devenu apparent aux membres du jury que nous ne parlions plus des mérites de l’oeuvre, mais plutôt de comment nous étions affecté·e·s et remué·e·s par « Temps libre ». Le choix de ce livre comme lauréat s’est imposé de lui-même, et nous vous invitons à le lire, et à réfléchir sur vos propres rêves.

    De plus, un prix spécial Bédélys Hommage est venu remercier le cofondateur du festival François Mayeux, afin de souligner sa grande implication dans le milieu de la BD. C’est la présidente du FBDM, madame Louise Guillemette-Labory, qui en a fait le dévoilement.

    Les trophées sont de nouveau l’oeuvre de Karl Dupéré-Richer et sont conçus à partir de matériaux recyclés.

    Les personnes sélectionnées pour annoncer les prix ne l’ont pas été au hasard. Elles sont toutes impliquées depuis longtemps dans l’organisation. C’est Stéphane Archambault, comédien, membre du groupe Mes Aïeux et tout premier porte-parole du FBDM, qui a assuré l’animation de cette soirée réussie. Nous repartons maintenant toutes et tous sur la route qui nous mènera aux 23e prix Bédélys remis en mai 2022... sous chapiteaux, on l’espère !

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité